La CLE décide de poursuivre avec un Bureau renforcé

L’élaboration du SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) arrive bientôt à terme. Les membres de la CLE (Commission Locale de l’Eau), suite au renouvellement de l’instance par le Préfet, ont dû procéder à des élections organisées par les services de l’Etat.

La CLE aura pour objectif de finaliser ce SAGE qui encadre la gestion de l’eau dans les vallées du Tech et des fleuves côtiers des Albères.

Ainsi, lors de la réunion du 20 juin dernier à Palau-del-Vidre, la CLE, en présence de Pierre AYLAGAS, député socialiste de la 4ème circonscription des P-O et président de la communauté de communes Albères Côte Vermeille Illibéris, a renouvelé sa confiance à Alexandre PUIGNAU, maire de Les Cluses, en lui confiant pour la seconde fois consécutive par un vote à l’unanimité, la présidence de l’assemblée pour les six années à venir. À noter que la Région, les quatre communautés de communes de la vallée du Tech ainsi qu’entre autres, les villes de Cerbère, Collioure, Port-Vendres, Elne, Prats-de-Mollo, Banyuls -els-Aspres, Reynès, ont participé aux différents votes.

Le Bureau a également été renouvelé et renforcé, il comprend désormais 4 autres élus locaux : Marcel DESCOSSY, maire de Palau-del-Vidre, Claude FERRER, maire de Prats-de-Mollo-La-Preste ainsi que Michèle ROMERO, élue à Collioure et André BORDANEIL, maire de Maureillas-Las-Illas.

La Chambre d’Agriculture du Roussillon, la Fédération  départementale de Pêche, l’association UFC Que Choisir ainsi que des services de l’Etat (Préfecture et Agence de l’Eau) sont également membres du Bureau dont le rôle est d’aborder les sujets de manière approfondie afin de faire des propositions abouties à la commission qui, au final, est la seule compétente pour valider le SAGE.

Rappelons que la CLE est composée de 40 membres dont 22 élus locaux, 12 représentants des usagers (professionnels, associations, chambre d’agriculture, chambre de commerce, irrigants, consommateurs,…) et 6 représentants de l’Etat. « Mettre toutes ces structures autour de la table permet de construire un projet collectif répondant avec pragmatisme et réalisme aux enjeux de l’eau sur le territoire, souligne Alexandre PUIGNAU, mais cela demande aussi un travail important sur des sujets complexes et de nombreuses réunions pour débattre et trouver des compromis, pas toujours évidents entre des structures aux approches diverses voire contradictoires, et c’est très intéressant que les élus doivent confronter leurs idées ou projets avec celles et ceux de la Chambre d’Agriculture, de la Fédération de l’Hôtellerie de Plein Air, de la Pêche, du Parc Naturel Marin, ou des diverses associations . »

Objectif de la CLE : valider le SAGE avant la fin de l’année

Une première version du SAGE a été présentée en séance. Elle comprend 71 mesures qui permettent de répondre aux défis locaux :

– Économiser l’eau au maximum pour réduire le déficit pendant l’été et partager équitablement la ressource disponible entre tous les utilisateurs (eau potable, irrigation, industrie)

– Restaurer les cours d’eau et les milieux aquatiques dégradés par l’homme (zones humides, berges, sédiments, végétation) afin de profiter de leurs fonctions naturelles d’épuration, de rétention des crues, de biodiversité et également d’aspects paysagers et de loisirs

– Améliorer la qualité de l’eau en travaillant notamment sur l’assainissement, la gestion des eaux de pluie et les pesticides.

– Prévenir (plutôt que guérir) des inondations en agissant à la source des problèmes : gestion de l’espace, infiltration des eaux, débordement dans les zones sans danger, préparation à la crue.

Alexandre PUIGNAU rappelle que « le SAGE va permettre de mettre l’eau au premier plan sur le territoire car toutes les décisions d’aménagement et d’urbanisme devront le respecter. Les plans d’aménagement des communes (PLU) et des intercommunalités (SCOT) ainsi que les projets soumis à la loi sur l’eau devront en effet être compatibles au SAGE. L’objectif est d’encadrer notre développement pour protéger l’eau et les milieux aquatiques tout en satisfaisant les besoins de l’agriculture, du tourisme et des activités économiques plus généralement ».

M. CHARPENTIER, Directeur de la DDTM n’a pas manqué de rappeler tout le travail engagé sur ce territoire.

Les membres de la commission ont maintenant jusqu’à l’automne pour apporter les dernières retouches au document. Une fois validé par l’assemblée et les partenaires institutionnels, le SAGE sera mis à la consultation du public avant approbation définitive par le Préfet des P-O.

 

– Photo ci-dessous : Alexandre PUIGNAU entre Marcel DESCOSSY et Pierre AYLAGAS.