Communiqué de presse

« TRACE TGV – QUI POUR S’OPPOSER A SNCF Réseau

 

Aujourd’hui, nous ne voulons pas que notre gare baptisée en 1970 par Salvador Dali « Centre del Món », superbement rénovée, mise aux normes TGV, ne devienne « Centre de Rien » et que le Roussillon tombe dans un désert économique.

 

Nous sommes tous concernés CAR UN CENTRE DEL MON SANS ATTRACTIVITE c’est :

Globalement un trafic de six à huit TGV  par jour, des horaires limités, des destinations impossibles sans changements entre trains TER et TGV, d’autres qui nous obligeront à des déplacements à Narbonne ou Figueras pour prendre des TGV directs vu que pour la SNCF le nord du département c’est Narbonne et le sud l’Espagne donc Figueras.

 

De plus, comment ferons-nous pour faire évoluer le tourisme ? Quel en sera le coût économique sans une pluralité de lignes (voir les dernières prévisions d’augmentations de 25% !!!) ? Un petit TGV pour riches dans une gare salon ?

 

Quel rôle joueront nous économiquement par rapport à nos trois métropoles Montpellier, Toulouse et Barcelone, alors que nous pourrions devenir leur centre d’affaires situé à une heure quinze de ces trois métropoles au sein même du Centre del mon, face à l’agglo. Que deviendra notre plateforme multimodale de St Charles ?

 

C’est pourquoi, nous avions invité l’ensemble de nos décideurs à un débat public le 21 janvier dernier, en présence de 300 personnes, ils se sont globalement défaussés sans même s’excuser à de rares exceptions.

 

En 1990-1995 rappelons-nous, chaque maire du secteur voulait sa Gare avec ses avantages financiers à la clé grâce au reversement de la taxe professionnelle conséquente et la possibilité de faire évoluer sa localité.

Aujourd’hui la donne a changé, mais nos élus, nos responsables économiques n’ont absolument rien fait pour intégrer économiquement le secteur Rivesaltes – Le Soler à ce tracé et aujourd’hui ils continuent d’œuvrer individuellement tout en ignorant les conséquences pour Perpignan et le Roussillon.

Depuis le début des années 1990, PMCV a tout fait démocratiquement pour que l’intégration du TGV en Roussillon soit une réussite, mais aujourd’hui nous sommes bien obligés de constater l’inefficacité des méthodes démocratiques qui ne sont qu’un leurre et qui ne servent que de défouloir pour les citoyens sans réelle suite  face à une équipe SNCF Réseau (ex RFF) prêtent à tous les coups bas pour avancer. Depuis plus de deux ans nous proposons une variante pour sauver le Roussillon.

Sous la pression et par respect de procédure SNCF Réseau qui bénéficie d’un budget de 40 millions d’euros pour les études, a présenté en commission consultative, sans concertation notre demande de variante de manière fallacieuse le 17 novembre dernier pour s’en débarrasser et, se refuse depuis à effectuer une réelle étude comparative sur le tracé proposé par notre association.

Ce « Contournement de Perpignan » de 4 km, représente plus d’un demi-milliard d’euros d’économie en opposition au secteur Rivesaltes – Le Soler qui sacrifie trois villages, 15 kilomètres de territoire, notre économie touristique et l’évolution de Saint Charles.

Aujourd’hui nos responsables roussillonnais sont invités, convoités par les lobbys européens, inter-cités etc., mais demain une fois qu’ils auront donné notre droit de passage qu’en restera-t-il ?

Ainsi face aux stratégies du Chef de mission M. Edouard PARANT pour qui notre territoire ne représente absolument rien, notre équipe d’élus, sans aucune cohésion, aucune réelle conviction, aucune exigence, sans réel écho, jouant chacun sa partition suivant tel ou tel interlocuteur n’offre aucune résistance, ainsi les décisions ne pourront être à l’évidence que de la responsabilité de la SNCF, de PARIS et pourquoi pas de l’EUROPE.

A travers cet article nous souhaitons simplement que les responsables des partis politiques présents aux prochaines élections cantonales, prennent conscience de l’importance et des conséquences de cette étude pour l’arrivée du TGV en Roussillon.

Notre association est à leur disposition pour leur présenter les éléments du dossier.

Après les élections nous organiserons des réunions et manifestations afin que nos institutions, Préfecture, Agglo  Perpignan Méditerranée, Conseil Général puissent décider de la position collective à tenir face à SNCF-Réseau.

La victoire du département pour une THT écologique a été obtenue malgré des contraintes et un coût dix fois plus important. Pour le TGV nous proposons des économies financières, la sauvegarde d’un territoire, de notre économie et ce ne serait pas possible ? ».