L’association APHEM Marquixanes nous communique avec prière d’insérer :

« En février 2017 le Préfet des Pyrénées Orientales faisait présenter par la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement) le projet de la déviation de Marquixanes avec deux variantes dénommées Sud et Nord. Le terme de « Déviation Nord » ne convenant pas du fait qu’il doit détruire des maisons du village pour y faire passer la route. Parlons plutôt de la « Traversée Nord du village de Marquixanes ».

Ces deux projets concurrençant de fait le projet de la route à deux fois deux voies entre Ille et Prades qui était, lui aussi, en cours de destruction administrative.

Conformément à la Loi sur les projets d’urbanisme routier, une phase dite de concertation, était ouverte auprès de la population entre le 6 février et le 20 mars 2017.

Les expressions se faisaient entendre et les réactions d’insatisfactions des projets présentés s’accumulaient pour dénoncer ces deux aberrants projets qui relevaient plus d’élucubrations de techniciens en mal de reconnaissances que de techniciens compétents en matière d’installation d’une voie routière importante dans un secteur bâti et fragilisé par son étroitesse et sa configuration géologique.

L’enquête clôturée, forts des réactions importantes dénonçant les deux variantes proposées, les habitants de Marquixanes et du Conflent attendaient le bon vouloir du Préfet des P.O. pour connaitre la décision qu’il devait prendre dans le cadre de la procédure.

Les intervenants qui s’étaient exprimés, considéraient que la sagesse d’un haut fonctionnaire, dans le cadre de la RN116 aux abords de Marquixanes, serait bonne conseillère pour mettre un terme aux projets présentés.

Nul ne s’attendait à la décision, pour le moins surprenante, du représentant du Gouvernement dans les Pyrénées Orientales.

En sous Préfecture de Prades nous découvrions effarés et révoltés que le dépôt d’une pétition ayant recueillie 730 signatures de personnes opposées au projet Nord ne comptaient que pour une seule opposition !

A la poubelle la pétition citoyenne !

A la poubelle le registre de quatre vingt expressions opposées au tracé Nord qui n’était comptabilisé que pour une seule opposition.

A la poubelle l’opposition du projet Nord par l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour des critères de prévention de la protection hydraulique en cette partie de territoire avec captages, sources, et rivières alimentant la plaine par les captations divers et nombreuses.

A la poubelle la position de la CCI pour la protection de la vie économique des commerçants de Marquixanes qui voyaient, dans le projet présenté, la fermeture aval et amont de la route actuelle qui traverse le village.

A la poubelle la délibération du Conseil municipal de Marquixanes, qui s’est clairement prononcé par majorité totale contre les deux variantes proposées, exprimant le souhait que soit poursuivi le projet de deux fois deux voies d’Ille à Prades.

A la poubelle des prises de positions particulières prises par des personnes compétentes en matière de technicité en travaux ferrés, dénonçant le passage souterrain sous la voie ferrée.

Cette position de l’Administration de bafouer avec autant de désinvolture les expressions des citoyens, ressemble plus à une forfaiture administrative qu’à l’écoute des citoyens qui s’expriment tout à fait légalement sur des textes de Lois précis en matière de respect de l’expression des administrés concernés.

Nous devions apprendre aussi ce jour là que le projet de route à deux fois deux voies entre Ille et Prades était lui aussi mis à la poubelle !

Ou en sommes-nous aujourd’hui ?

Un marché Public de Maitrise d’Œuvre pour le projet de la traversée Nord de Marquixanes est signé. Les géomètres sont sur site pour l’implantation de la route qui serpentera entre les rares maisons conservées, les autres étant détruites dont une, qui a obtenu le permis de construire en 2016.

Mais le pire, dans cette lamentable affaire, c’est qu’en 1998 avait eu lieu en cet endroit le même projet qui avait vu l’Administration de l’Equipement déclarer qu’une route ne pouvait se faire en cet endroit. La mémoire ne semble pas être un élément déterminant pour certains fonctionnaires !

Le projet Nord qui est en cours d’études, comprendra un énorme passage sous la voie ferrée Perpignan Villefranche de Conflent, à l’Est de Marquixanes, au lieu dit « La scierie ».

Un pont enjambera, juste après le passage sous voie ferrée, la rivière dénommée la Coume d’Espira.

Un énorme rond point type « Tourne à gauche » sera créé pour desservir les villages de Marquixanes, Arboussols et Eus.

Enfin la route, rejoindra ensuite la route actuelle au droit de la zone d’activité de Marquixanes avec, à nouveau, un autre carrefour de jonctions des différentes voies.

Il est facile de comprendre que ce projet n’apportera rien en matière de sécurité routière, bien au contraire, ni en matière de blocages routiers lors des retours de week-ends et de vacances.

Certains savent de quoi nous parlons, particulièrement les dimanches soirs aux retours de week-end de vacances ou périodes de neige.

Le combat que nous menons contre ce projet concerne tous les utilisateurs de la RN116, de la plaine à la montagne. Qu’ils soient professionnels ou particuliers.

Nous demandons aux usagers de la RN116 de soutenir notre action par les moyens que nous mettrons en œuvre ultérieurement pour combattre la dépense publique, pour une route dans la traversée Nord du village de Marquixanes. Ce projet ne solutionne rien en matière de dangerosité de la RN116 entre Rodès et Prades.

De surcroit il créera des ralentissements au droit des ouvrages précédemment décrits, obstacles empêchant la fluidité du trafic en créant de l’insécurité routière.

C’est le contraire d’une route sécurisée que l’on nous propose, que l’on vous propose, à l’inverse de ce que nous connaissons entre Perpignan et Ille sur têt et en d’autres endroits du département.

L’abandon de la RN116 à deux fois deux voies est une nouvelle blessure à encontre de notre département ».

Pour l’APHEM

Le Président

Lucien BAILLETTE