Communiqué de presse.
« L’« Observatoire citoyen éco-socialiste de la Montagne » lancé par les groupes d’action de Cerdagne et de Capcir de La France Insoumise exprime son opposition au projet de bétonnage de la Cerdagne.
C’est en effet un projet d’un autre temps qui est en train de voir le jour en Cerdagne. Conçue il y a une vingtaine d’années, par des élus ruraux reproduisant curieusement un modèle de développement urbain, la zone commerciale d’Ur est en train de sortir de terre. Les enfants et les adolescents de Cerdagne se réjouissent de pouvoir bientôt manger au Mc Do tous les jours et les promoteurs du projet nous expliquent que cela devrait créer jusqu’à 50 emplois supplémentaires.
Pour nous, Insoumis des hauts cantons, la construction de cette zone commerciale en plein parc naturel incarne ce qu’il ne faudrait plus faire dans le domaine de l’aménagement du territoire : la consommation inutile et irréversible de terres agricoles (plus de 6 hectares), un bien commun, livré aux appétits d’intérêts privés. En effet, beaucoup plus qu’aux Cerdans, l’ouverture de la zone d’Ur va profiter à quelques grandes enseignes (Mc Do, Carrefour etc.) et aux patrons des commerces qui vont y ouvrir. Il est loin d’être sûr qu’elle entraînera un gain réel d’emplois pour la Cerdagne : sur les nombreux emplois promis, une bonne partie existe en réalité déjà ! Il s’agit de ceux des employés du Carrefour de Bourg-Madame qui va être « reconstruit » au cœur de la zone d’Ur. Par ailleurs, pour les emplois créés dans la zone d’Ur, combien vont être supprimés dans les commerces alentour des deux côtés de la frontière ? Sans doute à peu près autant…
Face à ce constat, une question se pose : comment nos élus ont-ils pu soutenir, pour certains, ou laisser faire, pour d’autres, sans consulter la population, un tel projet en 2018, à l’heure de l’urgence écologique ? Notre territoire n’a-t-il pas d’autres atouts, propres au milieu montagnard et qui font notre richesse touristique, à mettre en avant ?
Si à la Montagne, les Insoumis prennent de la hauteur avec l’éco-socialisme, il devrait en être de même pour les élus locaux pour s’élever à l’intérêt général au lieu de céder au mirage de ces projets destructeurs. L’« Observatoire citoyen éco-socialiste de la Montagne » continuera d’alerter et de lutter contre le recul des Services publics et des Biens communs, les dégradations des conditions la de vie quotidienne et les atteintes à l’environnement dans les territoires de montagne de Cerdagne et de Capcir ».

 

Pour L’« Observatoire citoyen éco-socialiste de la Montagne » et les groupes Insoumis de Cerdagne-Capcir, Nicolas SANCHIS.