Dans notre village, quelques poubelles, enfin, pouvant recueillir les excréments de nos amis les chiens, avec les tirettes pour les sacs, viennent d’être installées dans plusieurs endroits jugés propices.
Ces premiers éléments, qui sont répartis, vont-ils permettre d’améliorer la propreté du village ? Nous l’espérons vivement. Comme nous espérons que si ces dispositions sont efficaces, de les voir se propager dans d’autres coins de la cité.

Petit retour en arrière

En avril 2012, dans notre journal de l’époque « Debout Citoyen », sous le titre « Nos amis les bêtes », nous avions fait quelques propositions allant dans ce sens. Nous l’avions fait en ces termes :
« Pourquoi ne pas installer dans des endroits propices des emplacements pour nos amis les bêtes. Dans le même temps, la mise en place du nécessaire pour ramasser leurs saletés permettrait la prise de responsabilité d’un plus grand nombre pour la propreté du village ». Nous terminions en rappelant le plus important nous semble-t-il : « Ceci dit, l’essentiel reste tout de même à faire en sorte que notre société devienne plus juste et plus humaine ».
En décembre de la même année, nous nous félicitions que certaines de nos propositions aient vu le jour entre autres la mise en place d’emplacements pour recevoir les déchets canins. Ces emplacements ont aujourd’hui disparu pour différentes raisons. Nous persévérions toutefois pour que des poubelles soient installées. Nous le faisions en ces termes : « Mais nous pensons qu’il faut aller plus loin avec la mise en place, dans les endroits propices, du nécessaire pour ramasser leurs saletés. Cette mesure aurait un triple effet : faire en sorte que le village garde sa propreté, respecter le travail des employés et enfin responsabiliser les propriétaires de chiens ».

Que de temps perdu !

Si nous ne connaissons pas le budget nécessaire à l’installation de ces outils pour l’amélioration de la propreté, nous pouvons constater la lenteur avec laquelle ces dispositions ont été mises en place. Soulignons qu’elles sont depuis longtemps, mises en œuvre dans d’autres villes et villages. Il suffit de voyager un peu dans notre beau pays et « tras los montes », pour s’en apercevoir.
Pratiquement, six années auront été nécessaires pour que la prise en compte de propositions émanant de citoyens soient effectives, mais pas complètement mises en œuvre. Pour ce que nous en savons, ces réalisations n’engagent pas, dans des proportions inadéquates, l’avenir économique du village,
Nous ne pouvons nous empêcher de faire le lien avec les Gilets jaunes. Si leurs exigences mettent autant de temps à trouver leur expression, les courants d’air dans de trop nombreux frigo vont encore provoquer des mécontentements durables.
Serait-ce l’approche des prochaines élections municipales qui a entraîné ces dispositions liées à la propreté du village ? Verrons-nous d’autres travaux se réaliser enfin, dans cette période ?
Nous allons bien voir !
Pour le mot de la fin, nous dirons simplement, que si l’approche d’élections est nécessaire pour la réalisation de petites travaux utiles à la vie de tous les jours, alors vive les élections entraînant la disparition des déjections et faisons en sorte qu’elles soient le plus rapprochées possible.
Chacun comprendra la boutade.

Joseph JOURDA.