Vendredi 9 octobre 2015, Gilbert MITTERRAND  a déplacé plus de 200 personnes venues l’écouter au Centre Culturel de Cabestany, où il animait sa conférence sur « Les Droits Humains et Les Biens Communs du Vivant ». Les responsables politiques nationaux, départementaux, locaux se sont pressés nombreux, parmi lesquels : Hermeline MALHERBE (PS), sénatrice-présidente du Conseil Départemental’66, Jacques CRESTA (PS), député de la 1ère circonscription des P-O et vice-président du Conseil Régional Languedoc-Roussillon, Robert OLIVE (PS), député de la 3ème circonscription des P-O, Ségolène NEUVILLE (PS), secrétaire d’Etat en charge des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, accompagnés d’Alexandre REYNAL (PS), maire d’Amélie-les-Bains et conseiller départemental, Alain BOYER (PS), Nicolas GARCIA (PCF), conseiller départemental et ancien maire d’Elne, Marie-Pierre SADOURNY (PS), Jean ROQUE (PS), maire de Toulouges et conseiller départemental… et d’ un public passionné et dense qui  apprecia l’intervention du président de l’association France-Libertés, lequel a porté un véritable regard sur les problèmes de la planète.

 

Lors de sa brillante intervention, il développera l’élement central « qu’est l »eau qui comme l’air que nous respirons (…), c’est un bien commun du vivant essentiel, qu’il nous faut préserver ».

 

Gilbert MITTERRAND insistera sur « la gratuité indispensable qui devrait être donnée, aux 15 premiers m3, car vitaux ainsi que sur l’interdiction des coupures d’eau défendues par la Fondation France-Libertés ».
Il a donné sa vision de ce que devrait être la COP21, conférence des Nations-Unies qui doit s’ouvrir à Paris fin novembre, avant de conclure: « l’humanisme n’est pas mort, au contraire il est la survie de l’Humanité victime du modèle de développement dominant ».