Argelès la Naturelle…

On serait bien en peine de décrire ce foisonnement architectural des années 50-60 pour le moins éclectique. Même si l’ensemble n’est assurément pas dénué de cachet, nous devons y respecter un certain équilibre.

Il pourrait être décrit à Argelès-plage « un luxe de pacotille » il n’empêche que ce charme ne mérite pas ce que nous observons dans le cœur historique, aux abords du célèbre bois des Pins.

Même si le décor des petites maisonnettes pourrait pour certains être qualifié de désuet ou de kitsch, cet environnement ne méritait pas un immeuble si haut, si imposant et si écrasant.

Désolé de l’impertinence des maux, mais quand on accepte des responsabilités, tout n’est pas cautionnable, d’autant qu’il s’agit là du cœur et du poumon de la station balnéaire, avec sa petite église, l’Office de Tourisme et des petites maisonnettes qui contribuent au charme qui nous caractérise. Sans compter la petite maisonnette d’à côté, de mon ami Bernard, qui ne méritait certainement pas cela. Attention que Tim Burton, pour son prochain scénario ne vienne s’inspirer de ces oppositions d’époques et de genres. Ou « si c’était ça le but » alors c’est très réussi ! Bravo 👏👎

Hubert Levaufre
Vice-président OTI PyMed