Suite à l’article paru hier, dimanche 22 septembre, à propos des pluies diluviennes et du stade Eric Cantona, dans le site de Port-Argelès, Gérard FILLOS, président de l’APAR (l’Association des Plaisanciers Argelès Racou), nous communique une analyse très intéressante destinée au départ aux membres de l’APAR :

 

« En réponse aux inquiétudes et questionnements de nos adhérents pour les fortes pluies de samedi, voici une explication :
Ce samedi tôt le matin nous avons eu de grandes chutes d’eau avec orages sur la côte mais également sur l’arrière-pays.
Cela a eu pour effet quasi immédiat de voir beaucoup d’arrivée d’eau dans le port transportant branchages et diverses alluvions.
Le port d’Argelès reçoit deux cours d’eau. La Massane qui arrive proche de la digue nord et le Priou qui arrive au fond du port près de l’ancienne darse (barques catalanes). A la construction du port, la Massane a été détournée de son déversoir direct vers la mer pour arriver protégée par la digue facilitant son écoulement et ainsi minimiser les inondations dans le village.
Par fortes pluies sur l’arrière-pays, ces deux cours d’eau amènent quantité d’eaux boueuses, de branchages, brisures de bois et autres plastiques qui se déversent dans le port.
Si avec cela, et ce fut le cas samedi, nous avons un coup de vent d’est ou sud-est, le niveau de la mer monte sensiblement sur la côte, les cours d’eau ont du mal à se déverser, le niveau de l’eau monte dans le port et les déchets sont repoussés au fond du port.
Dans ces conditions, il n’est pas bon de démarrer les moteurs qui absorberaient quantités de particules bois et autres et ainsi boucheraient les circuits de refroidissements.
Même avec l’aide la Tramontane, il faut quelques jours pour que l’eau retrouve un aspect normal. En ce moment l’équipe du port nettoie.
Ce phénomène arrive deux à trois fois par an, le plus dur ayant été en 2014. Il est incontournable semble-t-il sauf à voir les communes en amont nettoyer les bordures de cours d’eau, ce qui est improbable ».

 

 

Ci-dessous, à gauche une photo de mars 2018 et à droite de novembre 2014…

Effet Cevenol ou Mediterraneen (1)