Communiqué de la Communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris.

 

« Gestion des cours d’eau et risques d’inondations : la communauté de communes s’investit sur le territoire d’Argelès-sur-Mer

 

Tout d’abord, un bref rappel du contexte. Depuis le 1er janvier 2018, la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris et ses consœurs voisines (Haut-Vallespir, Vallespir, Aspres) assurent la Gestion des milieux aquatiques et prévention contre les inondations, ou GEMAPI.

Ce dispositif a vocation à gérer en toute cohérence l’ensemble du bassin versant (ou espace drainé par le cours d’eau et ses affluents) du Tech, de la source à son embouchure.

Les quatre communautés de communes ont transféré cette mission au syndicat du Tech. Celui-ci vient d’augmenter significativement les budgets dédiés aux travaux. Cette somme est financée grâce à une taxe prélevée sur l’ensemble du territoire par les instances communautaires, dont la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris.

Argelès-sur-Mer bénéficie des travaux

Les Argelésiens peuvent constater de visu le bien-fondé de cette taxe. En effet, le syndicat du Tech vient d’achever des travaux d’entretien d’un nouveau genre sur la M »assane dans le secteur du centre de secours, en aval de la route de Sorède.

Ils ont consisté à couper la végétation qui encombrait le lit du cours d’eau.

Cet entretien régulier, qui incombe règlementairement au propriétaire riverain, est d’autant plus indispensable que les berges de ce secteur sont occupées par des habitations et longées par des voiries.

Pour rappel, La Massane est un cours d’eau sensible. Il fait donc l’objet d’une étude du transport sédimentaire sur la totalité de son bassin versant.

En outre, le syndicat du Tech vient de mener une expérience consistant à transférer des sédiments (sables, graviers et petits galets) accumulés en amont d’un passage à gué pour les exporter sur la plage du Racou, entre la zone d’enrochement du port et la plage. Cette opération a été réalisée dans le respect du cadre règlementaire et en prenant toutes les précautions environnementales nécessaires : prise en compte des périodes de reproduction des oiseaux, reptiles et batraciens ; analyse physicochimique des sédiments déposés sur la plage par un laboratoire agréé, etc.

Ces actions, combinées en ville et sur le littoral, améliorent sensiblement le passage de l’eau en période de crue sur les secteurs concernés en limitant l’engravement du lit de la rivière tout en contribuant à la recharge des plages.

D’ores et déjà, pour les mois à venir, 8 nouveaux chantiers sont programmés sur la commune, sur la Riberette, La Massane et ses affluents (Capdal, Agull d’en Sallères, Abat…) et sur le Ravaner, pour un montant de 71 000€ TTC.

Par ailleurs, la communauté de communes reste à l’écoute des particuliers et professionnels (campings, etc.) pouvant rencontrer des difficultés liées à cette problématique ».