Depuis des lustres, les services de l’Etat – DIRRECTE, douanes, URSSAF, hygiène… – chargés notamment d’effectuer des contrôles dans les établissements commerciaux, notamment chez nous en période estivale, ont pris l’habitude de débarquer dans les restaurants et autres métiers de bouche juste avant le coup de bourre de midi, ou en soirée…
Ils ont « oublié » que les employeurs peu scrupuleux du secteur ont une faculté d’adaptation impressionnante pour détourner, contourner, ignorer les lois de la République en s’asseyant dessus.
C’est ainsi que dans la plupart des restaurants et sandwicheries du littoral roussillonnais qui emploient du personnel au black, en cuisine par exemple (certes, ils sont une minorité), les saisonniers non-déclarés débarquent presque à l’aube pour organiser les préparations culinaires (c’est surtout vrai dans les établissements servant moules et frites en grande quantité) et ainsi terminer le job entre 10h 30 et 11h… pour justement éviter d’avoir à croiser les services administratifs !
Du coup, les seules anomalies qui peuvent être relevées, au niveau du « travail au noir », concernent la salle et le bar où le personnel est en place pour servir les consommateurs. Mais dans les coulisses, le personnel « clandestin » est déjà parti à la plage… ou occuper un emploi ailleurs !