David Carlier du syndicat des dockers CGT, intervenant ce matin devant plus de 300 personnes rassemblées sur le quai de la douane, à Port-Vendres.

Malgré la pluie, plus de 300 personnes étaient présentes, ce samedi matin sur le quai de la douane, à Port-Vendres, répondant ainsi à l’appel lancé en début de semaine par le syndicat des dockers CGT, l’Union locale CGT ainsi que l’UD-CGT des Pyrénées-Orientales.
Elus politiques et consulaires se sont retrouvés côte à côte au nom de la défense de l’emploi, puisque c’était là le thème de ce grand rassemblement populaire, après que le Tribunal administratif de Montpellier ait décidé d’annuler l’arrêté préfectoral portant sur l’extension et la création d’un 3ème quai à Port-Vendres. Ce projet est d’ailleurs unanimement soutenu par l’ensemble des forces politiques et économiques du département et de la région Languedoc-Roussillon.
Parmi les personnalités qui avaient tenu à venir apporter ce matin leur soutien aux dockers du port de Port-Vendres et à manifester à leurs côtés : Mme Hermeline Malherbe (Divers gauche), présidente du Conseil général des Pyrénées-Orientales ; Bernard Fourcade, président de la CRCI (Chambre régionale de commerce et d’industrie) ; Georges Jordan, président du MISC (Marché International du Grand Saint-Charles) ; Michel Moly (PS), maire de Collioure et conseiller général sortant du canton de la Côte Vermeille (et candidat à sa propre succession les 20 et 27 mars prochains) ; Nicolas Garcia (PCF), maire d’Elne ; Eric Mascle (P-DG de l’entreprise CLTM/ principal opérateur privé sur le port de Port-Vendres) ; le docteur Michel Stréihaino, ancien maire (PS) de Port-Vendres ; Edouard Raymond, responsable de la commission « Port-Vendres » à la CCI (Chambre de commerce et d’industrie) de Perpignan et des P-O ; Claude Devret, directeur consulaire du port de Port-Vendres ; deux candidats aux cantonales sur le canton (Richard Sanchez pour le Front De Gauche/ PCF et Dominique Roddier pour ne Nouveau Centre)…
Tous ont écouté très attentivement l’intervention de David Carlier, du syndicat des dockers CGT, qui a fait un vibrant et remarquable plaidoyer en faveur de l’emploi, insistant sans détour et sans pour autant jeter de l’huile sur le feu, que ce sont 610 emplois qui, aujourd’hui, à cause en grande partie de la décision du TA de Montpellier, sont directement ou indirectement menacés.
Comme ils s’y étaient engagés lors de diverses entrevues auprès des dockers et du syndicat CGT, Mme Hermeline Malherbe et Bernard Fourcade ont annoncé, toujours lors du grand rassemblement de ce matin, « que le conseil général, sur décision de l’assemblée départementale, mettra en oeuvre la préparation de la plateforme de travail de la grue qui permettra une sécurisation de l’activité conteneurs, dans le contexte actuel et dans l’attente de la réalisation du 3ème quai dit « Quai des Tamarin » ; que la CCI présentera dès confirmation du Conseil général de la date de lancement des travaux de cette plateforme, un marché pour l’acquisition d’une grue automotrice portuaire de capacité de 40 tonnes à 35 mètres ». Ces décisions s’inscrivent dans le droit fil des conclusions issues d’une réunion de la Commission portuaire qui s’est tenue à Port-Vendres, le 8 mars dernier, impliquant Conseil général des P-O et CCI de Perpignan.

Michel Moly, sa suppléante aux cantonales, Mme Hermeline Malherbe, présidente du Conseil général des P-O, et Bernard Fourcade, président debla CRCI du Languedoc-Roussillon.