Alors que la ville de Perpignan s’apprête à inaugurer ce lundi 10 octobre 2011, en grandes pompes, son luxueux Théâtre de L’Archipel, le JDD – Journal Du Dimanche – a publié hier EN EXCLUSIVITE une enquête intitulée « La vérité sur la dette des villes » avec à la clé le top ten des dix villes françaises de plus de 100 000 habitants les plus endettées (dette par habitant sur l’année 2010, source Ministère des Finances)…

– 01 – Saint-Etienne : 2 158 euros
– 02 – Marseille : 2 118 euros
– 03 – Argenteuil : 2 026 euros
– 04 – Perpignan : 1 999 euros
– 05 – Montreuil : 1 889 euros
– 06 – Reims : 1 792 euros
– 07 – Tours : 1 741 euros
– 08 – Grenoble : 1 707 euros
– 09 – Rouen : 1 578 euros
– 10 – Nîmes : 1 386 euros.

« La bombe est amorcée. Dans une relative opacité, des centaines de villes sont en proie à un endettement fulgurant », peut-on lire dans le JDD. « La faute aux emprunts toxiques distribués par des banques peu scrupuleuses, à la naïveté de certains élus et à des projets trop ambitieux. La facture s’annonce salée pour les contribuables : le surcoût s’élèverait à 6 ou 7 milliards d’euros. D’autant que les intérêts de certains prêts vont exploser à la fin de l’année. Dans l’urgence, le Premier ministre François Fillon a débloqué trois milliards d’euros vendredi pour permettre aux maires en difficulté de boucler leurs fins de mois. Une partie de cette enveloppe est puisée dans les caisses du Livret A, le détournant de son rôle (il est supposé financer les HLM (…) ».

Concernant la ville de Marseille, le JDD n’hésite pas à épingler la rénovation du Stade-Vélodrome qui va coûter aux contribuables 267 millions d’euros…
La ville de Perpignan n’a rien à envier à Saint-Etienne et à Marseille de ce côté là. Son Théâtre de L’Archipel aligne un coût de la construction de l’ordre de près de 33 millions d’euros (à avril 2010)… auquel il faut ajouter un loyer mensuel de 306 803 euros (hors taxes) – soit 3 681 636 euros par an – qui devrait courir sur trente-deux années (chiffres courageusement communiqués par Me Jacqueline Amiel-Donat, PS, conseillère municipale d’Opposition de Perpignan).