COMMUNIQUE DE PRESSE

1er juin 2017

« A Perpignan, la plate-forme logistique de fruits et légumes Saint-Charles International est l’une des plus importantes d’Europe, avec ses 200 000 m2 d’entrepôts climatisés.i 

Pour transiter, la marchandise emprunte soit la route, soit la mer, soit le rail. C’est justement la liaison ferroviaire entre Perpignan et le Min de Rungis qui est aujourd’hui menacée au prétexte que les trains ne seraient pas assez chargés et ne seraient donc pas rentables.

Or, l’éventuelle disparition de ce train entrainerait la suppression de plus d’une centaine d’emplois sur les deux chargeurs mais aussi, des dizaines d’emplois indirects dans les entreprises sous-traitantes et à la SNCF.

A ce gâchis économique, s’ajoute un scandale écologique, puisque des centaines de camions continuent eux d’affluer sur les autoroutes pour transporter des marchandises, loin des engagements pris lors de la COP 21. 250 poids lourds font ce même trajet quotidiennement.

De plus, d’importants investissements ont été engagés par les collectivités ces dernières années pour moderniser la gare du Min de Rungis et pour créer une plateforme de transport combiné à Perpignan. 

Le groupe des élu-e-s PCF-Front de gauche du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales s’associe aux démarches de la CGT et des 2 sénateurs PCF du Val-de-Marne (Laurence Cohen et Christian Favier), entreprises auprès de la Ministre déléguée aux transports, afin que cette ligne soit maintenue et que l’Etat incite la SNCF à relancer et maintenir les trains primeurs dans un souci tout à la fois écologique, de préservation de l’emploi et dans le respect des deniers publics déjà investis ».

 

Groupe PCF-FdG du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales :

Françoise FITER, Présidente de groupe, vice-présidente du Conseil départemental

Edith PUGNET, vice-présidente du Conseil départemental

Nicolas GARCIA, vice-président du Conseil départemental

Lola BEUZE, conseillère départementale

Rémi LACAPERE, conseiller départemental

 

i Chaque année,  ce sont 1,6 millions de tonnes de fruits et légumes qui transitent par ce pôle (contre 1 million au Min de Rungis), représentant 31% des entrées et 24% des sorties de fruits et légumes du pays (hors bananes).