1) Transition énergétique : selon deux études, le CirED- et l’OFCE (office français des conjonctures économiques) la transition énergétique créera en France entre 600 000 et 800 000 emplois. Sans surprise, les créations les plus nombreuses se situent dans le bâtiment grâce notamment à un programme massif de rénovation thermique, mais aussi dans la production, le transport et la distribution d’énergie. Profitons des atouts de notre territoire (vent, solaire, hydraulique) pour entamer une véritable transition énergétique vectrice d’emplois, et devenons la capitale régionale des énergies renouvelables.

2) Silver Economy : en 2050, la France comptera plus de 30% de personnes ayant +65ans, dans le département des Pyrénées-Orientales, près de 40%. Les départs à la retraites de nombreux baby-boomers créeront de nombreux emplois dans l’aide à la personne, l’optique, l’auditif… Soyons la vitrine hexagonale, du soutien à nos seniors. Il serait envisageable de construire un grand pôle de formation de visibilité nationale, dédié aux métiers de la « Silver Economy ».

3) Tourisme de qualité : l’économie de notre territoire dépend en partie du tourisme. En effet c’est selon la période estivale, que nous trouvons le plus d’offres d’emploi. Profitons de nos belles arrières saisons, pour prolonger la période touristique de mai à octobre par exemple. Pour cela, il faudra faire évoluer notre offre touristique ,qui ne correspond plus aux attentes des clients. Le tourisme œnologique, culturel, sportif, culinaire sont des pistes à exploiter.

4) Valorisation des emplois manuels : en France, nous avons tendance à être très dévalorisant, voir péjoratif, avec ceux et celles qui souhaitent travailler avec leurs mains. Dans certains secteurs (agricoles, bâtiments…) nous manquons de main d’œuvre, car nous ne valorisons pas ces emplois. Le département des Pyrénées-O doit s’engager dans une campagne de promotion de ses métiers. L’obtention du baccalauréat, ne doit plus être une obsession, et l’apprentissage doit être soutenu.

5) Soutien aux structures locales : pour la commande publique, nous souhaitons favoriser les entreprises locales via des normes sociales, environnementales établies. En effet, « Produire localement, consommer localement », c’est le maintien de nombreux emplois sur notre territoire. Par exemple, nous favoriserons les agriculteurs et les éleveurs locaux pour les cantines scolaires, et les entreprises de bâtiment locales, pour la construction d’édifices publics.