On estime à plusieurs centaines de milliers d’euros le manque à gagner pour le commerce roussillonnais en général, perpignanais en particulier, du fait que la période des soldes d’été soit décalée par rapport à nos voisins du sud, où chez eux cette période a démarré quelque huit jours avant.

Du coup, hier, en Catalogne espagnole, à Gérone et Figuères notamment – sans courir jusqu’à Barcelone – la plupart des acheteurs qui ont envahi les boutiques de prêt-à-porter et grands magasins venaient du département des Pyrénées-Orientales.

Parmi les plus « accros » à ces soldes « made in Catalunya », la clientèle des 15-35 ans. Certains commerçants perpignanais spécialisés dans le textile avancent un chiffre de l’ordre de 25% à 30% pour illustrer l’amputation de leur chiffre d’affaire pendant cette période, à cause justement de ce décalage sur le calendrier entre la Catalogne espagnole et le département des P-O. Ce n’est (donc) pas rien… Mais où est la solution ?, sachant qu’en France la législation encadre sévèrement le moment des soldes, alors que dans la péninsule ibérique chacun fait ce qu’il veut. Ou presque.