Mme Gabrielle Deloncle, nouvelle présidente de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Montpellier, élue en décembre 2010, est en garde à vue depuis jeudi midi dans les locaux de la division « économique » du SRPJ de Montpellier.
Selon notre confrère le journal Midi Libre, les policiers montpelliérains enquêteraient « sur une fraude supposée aux dernières élections de la CCI, en décembre dernier, où Mme Deloncle l’avait emporté notamment grâce aux votes électroniques. Et c’est justement ce scrutin par internet qui intéresse le juge saisi de la plainte du MEDEF, battu à ces élections et qui dénonce une fraude massive. Depuis le début de la semaine, une douzaine de personnes ont été placers en garde á vue et mises en examen dans cette affaire, notamment un policier et un ex-footballeur, quasiment tous des proches de Mme Gabrielle Deloncle ».
Mme Deloncle conduisait la liste CGPME…
Rappelons aussi que les élus consulaires des P-O, méfiants à l’égard d’un système pas encore au point selon eux, avaient rejeté le vote électronique, en le refusant catégoriquement, au grand dam de l’équipe d’opposition conduite par Bruno Delmas (liste CGPME).
De source généralement bien informée, la CCI de Montpellier pourrait être placée sous tutelle… En attendant d’y voir plus clair.
Cette situation n’aurait aucune incidence sur la présidence régionale du catalan Bernard Fourcade à la tête des CCI du Languedoc-Roussillon.