Les maires des trois communes audoises – Fitou, Caves et La Palme – ainsi que Salses-le-Château dans les Pyrénées-Orientales, à l’origine de la création d’une association, ALGV (dont les statuts ont été déposés récemment en sous-préfecture de Narbonne), pour faire face au diktat de RFF (Réseau Ferré de France) dans son projet de Ligne à grande vitesse entre Perpignan et Narbonne (maillon de la ligne TGV Barcelone/ Montpellier), ont reçu indirectement un soutien de poids, celui de la viticulture audoise…

Récemment, face aux enjeux liés à la construction de ladite Ligne à Grande Vitesse, les vignerons des deux tronçons concernés – Cuxac, Coursan, Narbonne et Corbières-Maritimes – se sont effectivement réunis pour « agir groupés »… Mutualiser les forces pour défendre au mieux les intérêts de chacun, tel est le signe fort de cette réunion qui s’est tenue lundi soir, à la Maison des Vignerons, sous l’égide du Syndicat audois des Vignerons, présidé par Philippe Vergnes, présent au débat public ouvert par RFF depuis le début.

Pour Jean-Jacques Lopez (PS), maire de Salses-le-Château et conseiller général des Pyrénées-Orientales (canton de Rivesaltes), « cette mobilisation unanime du monde viticole, confortenotre position à propos du choix d’une Ligne à Grande Vitesse médiane mixte. RFF aurait tort de ne pas tenir compte de nos observations qui, l’action des vignerons aujourd’hui nous le démontre encore s’il le fallait, vont dans le bon sens (…) ».