Le journaliste-écrivain Patrick Poivre d’Arvor (PPDA) est sur le sol roussillonnais, invité du CML (centre méditerranéen de littérature), ce vendredi et demain samedi 17 décembre 2011, pour remettre le 1er prix FOLIRE parrainé par la Fondation MACSF (secteur santé) et la Caisse d’Epargne du Languedoc-Roussillon à Alain Llense ainsi que dédicacer son nouveau livre « L’Expression des sentiments » (Stock).

Patrick Poivre d’Arvor est retourné dans les bras de sa mère, Madeleine-France Poivre d’Arvor, décédée le 16 juillet 2011, en publiant L’Expression des sentiments chez Stock. Dans ce récit sous forme d’hommage, le journaliste revient sur les souvenirs les plus marquants de son enfance mais aussi sur les traumatismes de sa vie et ses angoisses intimes. On apprend notamment le silence et la pudeur dans lesquels l’enfant « renfermé », constamment « dans la lune » a grandi, auprès d’une mère qui lui interdisait l’expression des sentiments et du chagrin, presque autant qu’elle se l’interdisait à elle même.

« T’a-t-elle déjà dit je t’aime ? », ose un jour lui demander son frère Olivier. « A vrai dire, je ne sais pas, peut être jamais, en effet », répond Patrick. « Sans doute ne nous a-t-elle jamais embrassés », réalise-t-il un mois après sa mort.

Un manque affectif qui n’a pas empêché Patrick Poivre d’Arvor d’aimer sa mère, voire d’en être fou amoureux. Cette belle femme qu’il trouvait même « sublime » avec sa « chevelure en cascade, un nez de conquérante, des lèvres de star, quelque chose entre Rita Hayworth et Greta Garbo, pas moins ».

On apprend aussi les angoisses terribles, suicidaires de Patrick Poivre d’Arvor et la consolation que représente sa mère, même après sa mort. « Parfois, j’aimerais les rejoindre », dit-il à propos des personnes qui comme sa fille ont eu, selon lui le « courage » de mettre fin à leur jour. « Et puis je me retiens au bord du gouffre parce que je pense à la peine des rares êtres qui tiennent à moi. Mais je me reproche cette indécision qui prendra fin quand je me sentirai diminué ou en survie ».

FOLIRE : être solidaires envers ceux qui souffrent

Le Prix Littéraire FOLIRE, créé en 2011 est le fruit d’un partenariat original entre le Centre Hospitalier de Thuir (Etablissement Public de Santé Mentale) et le Centre Méditerranéen de Littérature, fondé par André Bonet. Il a pour spécificité d’être attribué à un écrivain par des patients.

Le Prix Littéraire FOLIRE – parrainé par la Fondation MACSF (secteur santé) et la Caisse d’Epargne du Languedoc-Roussillon – a pour objectif de « permettre aux personnes souffrant de troubles psychiques de couronner la qualité littéraire d’un ouvrage qui met en valeur les notions de courage, de liberté et de dépassement de soi ».

Pour cet événement littéraire inédit, ce sont donc les patients qui ont du trancher pour désigner le premier lauréat. Le jury, composé de 57 patients a attribué le prix FOLIRE, vendredi 25 novembre à Alain Llense pour son premier roman « Elle fut longue la route » (paru aux éditions Talaïa).

Né en 1972, Alain Llense a suivi des études d’Histoire à l’’université de Perpignan. Originaire du Vallespir (il a de solides attaches à Saint-Laurent-de-Cerdan), il exerce depuis quinze ans les fonctions de conseiller principal d’Éducation au lycée de Font-Romeu.

Dans « Elle fut longue la route », Antonio, témoin de la mort du Che, va résider à Buenos Aires (Argentine) puis à Barcelone (Espagne), avant de vivre quelques années plus tard à Paris, à la marge, dans un monde au présent insalubre. Quête existentielle, amour salvateur qui aura pour nom Rosy. Un être emporté dans la traversée de lui-même et de l’’histoire. Une écriture sobre, ciselée, pour un roman fort, première œœuvre d’un véritable écrivain qui nous touche et nous interpelle. Un roman ancré dans son temps qui s’est vu également attribuer, début novembre, le prix du premier roman de Draveil, prix fondé en 2002 et remis chaque automne lors du Salon du Premier Roman de Draveil. (Essonne).

Le lauréat rencontrera ses lecteurs et recevra le Prix FOLIRE, en présence de Patrick Poivre d’Arvor, parrain de cette première édition du Prix FOLIRE, ce vendredi 16 décembre 2011 au CHS de Thuir.

PPDA et Alain Llense dédicaceront leurs romans respectifs à cette occasion, L’expression des sentiments (Stock) et Elle fuT longue la route (Talaïa).

LE PROGRAMME DE CES DEUX JOURS

– PRIX FOLIRE ET RENCONTRES AVEC PPDA
Vendredi 16 décembre 2011 15 h – THUIR. Attribution du 1ER Prix FOLIRE sous la présidence exceptionnelle de Patrick Poivre d’Arvor (CHS de Thuir). A l’issue de la remise du Prix au lauréat, dédicace sur place de PPDA : Hemingway (Arthaud) et L’expression des sentiments (Stock). A 17 h, rencontre dédicace de PPDA à l’office de tourisme de Thuir. A 19 h 30, à Saint-Cyprien, rencontre grand public et dédicaces à la mairie de Saint-Cyprien.

Samedi 17 décembre 2011 15h, à Canet-en-Roussillon. Dédicaces dans les salons de l’ Hôtel des Flamants Roses (Canet-Sud), en partenariat avec la mairie de Canet-en-Roussillon (Entrée libre).

Renseignements : www.prixmediterranee.comInfos CML 04 68 51 10 10.