Pasquetes à Cosprons, des traditions qui ne se perdront pas… foi de Port-Vendrais !

 

La Ville de Port-Vendres communique :

 

« Bien sûr, pour cette année, le COVID-19 aura eu raison des traditions les plus enracinées dans le cœur de chacun, mais ce n’est que partie remise ! Les port-vendrais ne prendront pas le chemin de Cosprons ce dimanche de Pasquetes 19 avril 2020.
Pour autant, nous vous invitons à partager un moment fût-il virtuel autour de cette jolie fête.
Les petites Pâques, jour de Quasimodo, sont fêtées depuis des siècles dans ce hameau si pittoresque.
Chaque année, le week-end après Pâques, la ville avec les associations « Bien vivre à Cosprons », « La vigatana Porvendrenca » et bien d’autres, s’associent à ce moment champêtre et traditionnel. Le samedi un concert gratuit est donné au cœur de la chapelle de Cosprons .
Il se clôture sur la placette par un apéritif accompagné de la distribution de bunyetes confectionnées la veille par l’association « Bien vivre à Cosprons ».
Le dimanche, après l’office religieux donné à la chapelle, débutent les animations et les réjouissances qui durent toute la journée : ballades de sardanes, balade à poneys, marché de terroir, grillades et pique-niques sont au rendez-vous. Et durant le repas se déroule le traditionnel et célèbre « llevan de taula », moment privilégié où les petites mains cospronaises proposent leurs travaux de confection de l’année en échange des offrandes de tous les participants des fêtes de Pasquetes.
Tout Cosprons se transforme en halles de la bonne humeur en l’honneur du renouveau printanier.
Des membres de la Vigatana Portvendrenca, nous transmettent leur témoignage. « Les anciens grimpaient à pied les sentiers avec le « sarrou » (la musette) contenant les côtelettes et la « botifarra », pour atteindre le but ultime. Tous les membres de la famille, du plus petit sur les épaules du papa, au plus âgé serpentaient dans les collines. Certains, pour raccourcir le trajet prenaient le train et s’arrêtaient à Paulilles où il y avait un arrêt pour les ouvriers de l’usine. Après la messe dans la petite chapelle, les déjeuners sur l’herbe s’installaient et les fumées des grillades s’élevaient dans le ciel bleu. Ça riait beaucoup, ça chantait à tue tête et loin des yeux des parents occupés à se restaurer, bien des romances sont nées. Le « porro » circulait de main en main, et la dernière bunyete avalée, place à la sardanes au son de la cobla. Les Port-vendrais, à pied, à vélo, en voiture, reprendront le chemin de Cosprons, pour fêter Pasquetes… en 2021 ». Rendez-vous est pris !