Jean-Marc Pujol (UMP), maire de Perpignan, et Chantal Gombert racontant avec passion les premiers pas de VISA pour l’Image…

Hier, lundi 2 septembre 2013, dans les jardins du Palais des Congrès Georges-Pompidou, en présence de Jean-Paul Griolet, président du festival du photojournalisme de Perpignan, VISA  pour l’Image, Jean-Paul Alduy (UDI), président de PMCA (Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération) et Jean-Marc Pujol (UMP), maire de Perpignan, une foule de décideurs économiques se pressait dans le site, quarante-huit heures après le lancement de la 25ème édition de VISA.
 

Cette année le festival VISA fête donc son quart de siècle d’existences, et dans l’organisation il a été décidé d’honorer le travail des femmes et des hommes qui, à l’échelon local, ont permis au dit festival de voir le jour….

En effet, il y a un peu plus de vingt-cinq ans que l’idée de créer une manifestation d’envergure qui attire un nombreux public et permette de prolonger la saison estivale était  née.
 
Comme l’a souligné Chantal Gombert, ancienne adjointe au maire de Perpignan, créatrice des fameux Jeudis de Perpignan, « c’est en 1987, que la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI) de l’époque, avec l’UPE (Union pour les entreprises) a lancé une grande consultation et a fait venir Georges Chetochine pour inciter les commerçants à s’adapter au nouveau commerce, martelant ainsi la nécessité pour Perpignan de créer des événements culturels afin de générer une clientèle nouvelle et, surtout, faire parler de Perpignan, autrement que par la météo ! ».
 
Sous l’impulsion de Jacques Farran, alors président de la CCI de Perpignan et des P-O, et de l’Union patronale un groupe de travail de commerçants est créé, dans lequel on trouve notamment : Jean Barès, Marc Espi, Jacques Perrin, Chantal Gombert, Jean-Pierre Joffre, Jeannot Mongay, Yvette et Marie-Françoise Serra, Christian Soubira… et des élus : Bernard Vergès, Paul Alduy, Michel Pineill, Jacques Colomines… sans oublier Jean Tamisier et Jean-Louis Marty permanents qui ont accompagné le projet.
 
En juin 1988, ce groupe de travail sort de l’ombre et lance une consultation pour créer un événement à Perpignan. Sept sociétés spécialisées formulent des projets, et trois finalistes sont sélectionnés (On se souvient des propositions d’un festival du Cirque, d’un événementiel avec les présentateurs météo… et d’un festival de photographie).
 
En septembre 1988, les six présidents constituant le jury – Paul Alduy, Jacques Farran, René Marquès, Bernard Vergès, Emile Garrigues et René-Jean Camo – passent à l’action et choisissent le projet d’un Festival International de photoreportage, proposé par l’agence Marketing Valley, en partenariat avec le groupe de presse Filipacchi, par l’intermédiaire du magazine Photo qui est retenu à l’unanimité.
 
Du 18 au 24 septembre 1989… « Émotion à Perpignan «  est le toutpremier festival mondial du photoreportage. La première édition est lancée… Photo et Paris Match sont associés dès ce premier festival. VISA pour l’Image venait de naître !
 
Hier soir sous les hauts platanes du square du Palais des Congrès, le groupe des « initiateurs » était de nouveau réuni : « il y a eu beaucoup d’émotion de la part de chacun d’entre nous. Car nous étions très liés, et nous formions une équipe formidable! C’est grâce à l’intelligence collective du groupe que l’impulsion a été donnée. Oui le premier déclic ce fût Chetochine, mais pendant de longs mois nous nous sommes réunis pour faire avancer le projet. D’ailleurs ce qui a été formidable c’est que l’idée est venue de l »économique, et nous avons convaincu les politiques de faire cet événement. Nous mesurons la chance que nous avons eu de participer à cette belle aventure, et VISA avec son quart de siècle est toujours au top », a raconté, émue aux larmes, Chantal Gombert, qui a reçu des mains de Jean-Marc Pujol la Médaille de la ville : « Une médaille collective pour le groupe des initiateurs de VISA  remise à Chantal Gombert, benjamine du groupe… Travail collectif à renouveler ».
C’est dans une courte allocution que l’idée d’un nouveau challenge, avec une nouvelle ambition a été évoquée pour les mois à venir… à suivre donc.