(photo de JF Paga@Grasset Editions)

Romancier à succès (Bille en tête, Le Zèbre…) et réalisateur de Fanfan, Alexandre Jardin, parrain du prix FOLIRE 2014, présente vendredi 28 novembre à Perpignan (18h30 au Quai 66) son roman « Juste une fois » (Grasset).

Alexandre Jardin sera également présent  vendredi au CHS de Thuir , après PPDA, Bernard Pivot et Michel Drucker,  pour remettre  au lauréat  du 4ième Prix FOLIRE,   Thomas Dietrich, auteur d’un magnifique premier roman « Là où la terre est rouge »  (Albin-Michel), plébiscité par les jurés-patients de Thuir. La cérémonie de remise de ce prix littéraire, doté de 2000 € par la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon,  se déroulera en présence de  Mme Claude Finkelstein , Présidente  de la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (Fnapsy).

Alexandre Jardin est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages (Le Zèbre, L’île des Gauchers, Fanfan). Après plusieurs livres d’aveux ou d’humeur grave (Des Gens très Bien, Le Zubial, Le roman des Jardin), il revient au roman d’amour fou,  situé pour l’essentiel dans un cadre exotique pour les Français (la belle Province du Québec, ses paysages magnifiques et son langage si savoureux).

Sur un archétype universel (le combat du devoir et de la passion, la permanence du souvenir, la quête de l’amour éternel), l’auteur greffe une intrigue pleine de rebondissements, qui fonctionne comme une mécanique de précision, relançant le suspens à chaque bref chapitre (qui sont comme autant d’épisodes d’une série).

Un rêve amoureux

Dans ce roman,  la Québécoise Hannah, dégoûtée de la passion, s’apprête à épouser un homme très bien, qui ne fait toutefois pas battre son cœur. Le hasard place sur sa route – ou plutôt sur les bords du lac Masson – son beau-frère César. César qui, 15 ans plus tôt, à New York, lui a dit: « Puisque notre histoire est impossible, j’aimerais que nous nous aimions juste une fois.» Dans ces circonstances, peut-on demeurer «retirée des passions», pour reprendre une expression chère à l’écrivain Alexandre Jardin?

C’est à partir de cette situation que l’auteur de 49 ans a construit son nouveau roman, avec une kyrielle de personnages secondaires hauts en couleur, une myriade de revirements de situation et des dialogues en québécois tout ce qu’il y a de plus parfaitement… québécois! Car c’est dans le Québec des bords de lacs, l’été, que se déroule la majeure partie de ce livre romanesque au possible.

Ça fait des années qu’Alexandre Jardin vit  une partie de l’été au Québec, et il  savait qu’un jour, qu’il écrirait  un roman québécois. Du coup, il fallait à tout prix que les dialogues soient en québécois. Le roman tient compte de quelque chose d’absolument capital : il y a eu une gigantesque révolution narrative avec l’irruption des très grandes séries télévisées, les House of Cards et compagnie. Qui reprennent les grands mécanismes du roman populaire du XIXe siècle.

Il  y a dans « Juste une fois »  un personnage secondaire d’écrivain, qui s’appelle Alexandre Jardin, et il se moque de toute cette histoire ! Lui, il est bloqué avec ses histoires de famille en France. Il est dans le décalage, horaire et émotif, il est en train d’essayer d’écrire « Des gens très bien » (paru en 2011). A ce moment-là de sa vie, il était  si accaparé par ces problèmes de famille qu’il se croyait vraiment, lui aussi, retiré des passions… Il assume son besoin de rêver. Et il tient  « vraiment pour des handicapés complets ceux qui se refusent à ça. En se défendant de ça, ils s’interdisent un rêve amoureux qui est prodigieusement revitalisant. Et qui permet, vraiment, de vivre! »

Le programme : Vendredi 28 novembre

15h30  à Thuir. Alexandre Jardin, parrain du Prix FOLIRE 2014,  remet le prix à Thomas Dietrich au Centre Hospitalier Léon Jean Grégory. Dédicaces sur place avec la libraire Le Presse papier de son roman « Juste une fois ». Thomas Dietrich dédicacera également « Là où la terre est rouge » (Entrée libre)

18h30  à Perpignan. Alexandre Jardin présente et dédicace roman « Juste une fois » au Quai 66 (Quai Vauban). Thomas Dietrich dédicacera également « Là où la terre est rouge » Dédicaces sur place avec la libraire Torcatis (Entrée Libre) Dédicaces à partir de 18h.