12 000 entrées la première semaine, 14 500 la deuxième semaine… La comédie sociale d’Éric Toledano et Olivier Nakache, « Intouchables », avec Omar Sy et François Cluzet dans les deux rôles principaux, est en train de battre tous les records d’affluence.

Pour Jacques Font, directeur du MegaCastillet, le grand complexe cinématographique situé sur la route d’Elne, au sud de Perpignan : « C’est tout simplement monstrueux ! On se demande où le film va s’arrêter tellement il connait un succès grandissant, jour après jour, tellement sa courbe de fréquentation explose. Nous avons mis les deux grandes salles (450 places chacune) à disposition du public, mais nous sommes obligés de rajouter une troisième salle selon certaines séances… Comme pour les films Amélie Poulain, Trois hommes et un couffin, Les Visiteurs, c’est la formidable rencontre entre le peuple et une œuvre… Il y a des gens qui viennent voir Intouchables alors qu’ils n’avaient jamais mis les pieds dans un ciné ! ».

Tous les publics sont également touchés par ce qui, à travers la grande toile, prend des allures de phénomène de société. Pour la rédaction du quotidien Libération : « Osons cependant que le succès du film est le fruit d’un conte de fées cauchemardesque : bienvenue dans un monde sans. Sans conflits sociaux, sans effet de groupe, sans modernité, sans crise. A ce titre, en cet automne, il est LE film de la crise, comme si la paralysie de l’un des deux personnages principaux n’était pas seulement celle du film, mais celle d’un pays immobilisé et de citoyens impotents à qui il ne resterait plus que leurs beaux yeux pour rire et pleurer (…) ».L’énorme succès est tel, au plan local comme au plan national – deux millions et demie d’entrées la première semaine, cinq millions la deuxième année – que les spécialistes du 7ème art pronostiquent que Les Intouchables feront autant d’entrées que Les Ch’tis, Le Titanic ou La Grande Vadrouille ; les films-références côté record d’affluence dans les salles françaises.