L’inauguration du Théâtre de L’Archipel de Perpignan a lieu ce jour, à 10 h 30, en l’absence du ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand (pourtant initialement annoncé mais qui s’est rétracté au dernier moment, pour ne venir qu’en soirée), en présence de : Jean Nouvel, l’architecte des lieux, Jean-Paul Alduy, président de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (l’agglo PMCA) et président du Conseil d’administration de L’Archipel, Christian Bourquin, président de la Région Languedoc-Roussillon, Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan… et bien sûr du Directeur espagnol du Théâtre de L’Archipel, Domènec Reixach.
L’inauguration sera suivie en soirée, d’une création, « La Cantate de l’Archipel », dont l’auteur-compositeur est Daniel Tosi, sur une mise en scène d’Ariel Garcia Valdès, avec une distribution exceptionnelle : Sergi Lopez, Bruçu Uyar, Carles Santos, Sol Pico, Cali, l’Orchestre et le Collegium Vocal Perpignan-Méditerranée…
Le Théâtre de L’Archipel a été imaginé et créé par Jean Nouvel et Brigitte Métra (associés). C’est un bâtiment fortement lié à son territoire et à son patrimoine, puisque chaque élément de sa construction fait écho à une identité locale…
– le « Grenat », la salle de spectacle (environ 1 100 places), en référence à la pierre semi-précieuse, symbole culturel en pays catalan, et pierre mythique du Roussillon.
– la tour, la « cage de scène » qui surplombe l’ensemble du site et de la ville, en référence aux tours à signaux, éléments défensifs médiévaux destinés à faire transiter une information d’un lieu à un autre ; couleur cayrou pour là aussi faire écho aux bâtiments de la ville.
– l’acier corten qui habille la salle du « Carré » (un espace modulable qui pourra accueillir de 400 spectateurs en places assises jusqu’à près de 900 debouts !), acier à corrosion superficielle forcée, en écho aux mines de fer du massif du Canigou.
– l’or du bâtiment administratif pour faire un rappel du drapeau catalan, « sang et or ».

Selon le magazine des arts, des spectacles et des festivals du sud de la France, Sortir ici et ailleurs , membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) : « Le financement original du projet sous la forme administrative d’un PPP (Partenariat Public Privé), fait du Théâtre de L’Archipel une opération-pilote suivie de très près par les collectivités territoriales et l’Etat. L’ampleur de la construction et l’ambition du projet culturel permettent de penser que le Théâtre de L’Archipel est certainement un des derniers lieux de culture et de création d’une telle dimension à sortir de terre (…) ».
Il faut savoir que le projet artistique en lui même préfigure une scène nationale… transfrontalière. Car elle est conjointement portée par les villes de Perpignan et Salt, au sud des Pyrénées. Cette scène catalane transfrontalière s’articule autour de quatre axes majeurs : une saison commune de spectacles ; des coproductions de spectacles ; un festival transfrontalier ARGOS ; et une communication commune.
Il est à noter qu’il existe soixante-dix scènes nationales en France aujourd’hui. Le Théâtre de L’Archipel sera, toujours selon Sortir ici et ailleurs, la première scène nationale à inscrire « Les musiques actuelles » dans sa programmation.

C’est à Domènec Reixach, né dans la province espagnole de Gérone, à Blanes plus précisément, en 1948, qu’a donc été confiée la direction du Théâtre de L’Archipel. Dans son parcours professionnel : il a été Coordinateur général du Centre Dramatique de la Generalitat de Catalunya, metteur en scène, auteur de plusieurs spectacles… Vice-président en 1996 de la Convention théâtrale européenne (qui rassemble trente-deux théâtres publics de toute l’Europe), Directeur du Teatre Nacional de Catalunya (1998 à 2006)…