« Qui a tué Nola Keagan disparue en 1975 dont on vient de découvrir le corps 33 ans plus t…ard dans le jardin du grand écrivain Harry Quebert ? ». Jeune disciple de Quebert, Marcus Goldman est devenu lui-même un auteur à succès dès son premier livre. Pressé par son éditeur, il peine tant à écrire le suivant qu’il décide de se réfugier chez son ancien mentor. À Aurora dans le New Hampshire, leurs retrouvailles sont emportées dans le tourbillon d’une affaire criminelle qui envoie Kebert en prison. Le sort du suspect est d’autant plus fragile que l’enquête dévoile sa relation amoureuse avec Nola au moment de sa disparition. Marcus tient alors le sujet de son nouveau roman. L’écrivain se transforme en enquêteur méthodique afin de démontrer l’innocence de son vieux maître.
665 pages plus tard, le lecteur n’a pas perdu une miette de cette histoire haletante qui à chaque chapitre galope de surprises en rebondissements. Rien ne manque à ce roman « à l’américaine ». Ni l’humour auprès d’une mère juive échappée d’un film de Woody Allen, ni l’art consommé du suspense entretenu par une succession de fausses pistes. Au passage, Joël Dicker s’offre le luxe d’honorer quelques maîtres de la littérature. Philip Roth ou John Irving se glissent telles des ombres tutélaires. Autour de la disparition mystérieuse d’une gamine on songe aussi au climat étrange d’un Twin Peaks qui tournerait autour de la Lolita de Nabokov.
Qu’importent les références réelles ou supposées. Entre shérif, pasteur solitaire, serveuse de dinner, ou éditeur avide de sensationnel, Joël Dicker construit un livre diabolique dans un décor à la Edward Hopper.
 
Faux-semblants, impostures, mensonges, tissent une trame palpitante digne de séduire le jury vénérable de l’Académie française et les jurés juvéniles du Goncourt des lycéens. Les deux assemblées ont couronné le roman trépidant de cet écrivain suisse de 27 ans.
« La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert » de Joël Dicker. De Fallois/L’Age d’Homme. 665 pages. 22 €.
– FNAC de Perpignan, place Catalogne, ce lundi 14 janvier 2013, de 16h à 18h, rencontre avec l’auteur, en présence de André Bonet, président du Centre Méditerranéen de Littérature (CML).

JOEL DICKER, LE FABULEUX PHENOMENE LITTERAIRE DE L’ANNEE 2012