Bérénice Quinta.

Ouillade.eu : « 26 septembre 1991 » est une correspondance amoureuse entre deux adolescents qui va démarrer l’été de leur rencontre… Est-ce là votre premier livre ?
– Bérénice Quinta : « J’ai commencé à écrire il y a une dizaine d’années, des poèmes essentiellement, mais j’avais un peu laissé de côté avec la Compagnie Tralalère (ma compagnie de théâtre) et les toiles du soleil qui me prenaient de plus en plus de temps, mais ce livre est le premier réel projet édité ».
Ouillade.eu : Arnaud, le personnage masculin de votre livre, a-t-il vraiment existé ?
– Bérénice Quinta : « Arnaud, rencontré sur Facebook, m’a convaincu d’écrire avec lui, et très vite, l’idée d’une correspondance est née, tout simplement parce qu’on était deux et que ce côté maintenant désuet de l’écriture nous semblait intéressant. On avait décidé d’une plage temporelle, quelques évènements marquants, mais très vite, on s’est laissé prendre par le rythme, une lettre par semaine à tour de rôle, publié dans un webzine Le grand bazart, maintenant fermé. On ne savait jamais à l’avance ce que l’autre allait écrire et on réagissait réellement à sa lettre, c’était passionnant ».
Ouillade.eu : Le temps de cette belle rencontre était-il construit pour être publié un jour ?
– Bérénice Quinta : « On n’a jamais pensé être édité réellement, c’est donc pour moi une énorme surprise et un bonheur immense. Comme la compagnie a été dissoute récemment, ma part artistique toujours présente a très envie de persévérer dans cette voie; Peut être reprendre les poèmes, ou démarrer une nouvelle qui me trotte dans la tête depuis un moment. En tout cas, ce livre est un formidable tremplin et booste ma confiance (même si la page blanche me guettera tôt ou tard, je le sais) ».
– L’auteure perpignanaise Bérénice Quinta profite d’un week-end à famille pour venir dédicacer son premier livre, ce samedi 30 mars 2013, à Maison Quinta, à Perpignan.