remise des Prix Méditerranée

 

Attribution des Prix Méditerranée 2013 :

« La Méditerranée est le centre de la planète, le prix Méditerranée permet d’éclairer cette région

 du monde au cœur de l’actualité »

Le jury du Prix Méditerranée qui compte parmi ses membres – Dominique Fernandez, Jean-Christophe Rufin, Dominique Bona, Danièle Sallenave et Amin Maalouf de l’Académie française, Thierry Fabre, directeur des Relations Internationales du nouveau Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée –  le  Mucem,  à Marseille, Christine Fabresse, présidente du Directoire de la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon, Jean-Claude Fasquelle, Patrick Poivre d’Arvor,  Henry Bonnier, Olivier Poivre d’Arvor, Président de France Culture,  Renaud Muselier,  président du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée, Jean-Marc Pujol,  maire de Perpignan, Andeu Claret, directeur de la Fondation Anna Lindh,  l’ambassadeur Aly Mayer El Sayed, conseiller spécial du Directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie ou encore  Alexandre Najar, président de la Fondation Cédrona à Beyrouth –   s’est réuni vendredi 14 juin, dans les salons de la Closerie des Lilas, à Paris, pour attribuer ses prix 2013.

– « Plus que jamais,  deavait déclarer André Bonet, président du CML (Centre Méditerranéen de Littérature) et secrétaire général du jury, la Méditerranée est le centre de la planète. Le prix Méditerranée permet d’éclairer cette région du monde au cœur de l’actualité. C’est une  formidable occasion, de réaffirmer la place de la littérature et du livre en Méditerranée et de rappeler le rôle spécifique qu’elle peut apporter dans l’éveil des consciences des peuples et leur cheminement vers plus de liberté.« 

Le prix Méditerrané 2013 a été attribué à Wajdi Mouawad pour son roman Anima paru aux Editions Actes Sud. Dans ce second roman Wajdi Mouawad va rendre palpable la douleur d’un  homme qui part en quête de l’assassin de sa femme. Cette quête, nous la suivrons par la voix d’une succession d’animaux. Le lecteur est vite happé, emporté, emballé, saisi d’une grande exaltation poétique. Ce livre est tout simplement extraordinaire. Le prix Méditerrané étranger  2013 a été attribué à Nedim Gürsel pour son roman l’Ange rouge paru aux éditions du Seuil.

Nedim Gürsel compte parmi les écrivains et intellectuels les plus lus et écoutés en Turquie. Son œuvre, traduite dès le départ en français et dans une dizaine d’autres langues, riche d’une trentaine de titres, des nouvelles beaucoup (Un Long été à Istanbul, Les Lapins du commandant) des récits de voyages (Mirages du Sud), des romans aussi (Les Turbans de Venise) interroge l’enfance, l’éloignement, les villes perdues et retrouvées, Istanbul au premier chef bien sûr et ces marges européennes, ces sud qui rechignent à se plier aux frontières politiques et administratives. L’ange rouge, est paru en français l’automne dernier. L’écrivain de l’exil et de l’errance offre ici au lecteur une magnifique fresque construite autour de Berlin, Moscou et Istanbul. Ce livre est traversé par la figure de celui qui fut le plus grand poète turc du XXe siècle, Nazim Hikmet.

Le  prix Méditerranée des Lycéens 2013 a été attribué à Grégoire Delecourt pour son livre Le liste de mes envies, éditions JC Lattès, second roman de Grégoire Delacourt, qui contre toute attente, est  propulsé parmi les meilleures ventes, un roman qui atteint aujourd’hui le demi-million d’exemplaires. Cet ouvrage  a été  plébiscité par les lycéens de la région Languedoc-Roussillon qui lui ont  accordé leurs suffrages à une écrasante majorité, preuve qu’ils se sont retrouvés dans l’univers de ce roman.  

Le Prix Méditerranée des Lycéens est organisé par la Région Languedoc-Roussillon avec le soutien de  la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon,  un partenaire privilégié qui a permis  l’organisation de  rencontres en région entre les lycéens et les cinq candidats du Prix Méditerranée des Lycéens, d’Uzès à Nimes, de Perpignan à Montpellier.

Le prix Folire 2013 a été attribué à Gilles Paris  pour son roman Au pays des kangourous, paru aux Editions Don Quichotte, en présence de Philippe Banyols directeur du CHS de Thuir et de Carole Glayzes,  déléguée générale  du prix à ses côtés.

De très nombreuses personnalités étaient également présentes aux côtés des membres du jury parmi lesquelles Pierre Valentin, président du Conseil d’Orientation et de Surveillance de la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon qui soutient depuis sa création les Prix Méditerranée, aux côtés des collectivités locales et territoriales, comme la Ville de Perpignan, le Conseil général des Pyrénées-Orientales et la Région Languedoc-Roussillon, mais aussi Salomé Lelouch qui dirige le Ciné XIII Théâtre et le comédien Mikaël Chirinian qui joue dans la pièce La liste de mes envies, adaptée du roman de Grégoire Delacourt, Prix Méditerranée des Lycéens 2013.

De nombreux journalistes étaient présents, comme Eric Valmir (France Inter) , auteur de Magari, paru aux éditions Robert Laffont, Bernanrd Thomasson (France Info) ou encore Julien Arnaud (TF1).

 

 

Proclamation des prix par André Bonet, sous la présidence d’Amin Maalouf de l’Académie française

 

 

Salomé Lelouch et le comédien Mikaël Chirinian qui jouent dans la pièce La liste de mes envies, adaptée du roman de Grégoire Delacourt, Prix Méditerranée des Lycéens 2013, au côté du lauréat.

 

 

 

Christine Fabresse, présidente du Directoire de la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon, avec à ses côtés Pierre Valentin, président du Conseil d’Orientation et de Surveillance de la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon et Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan.