Wajdi Mouawad et Nedim Gürsel

lauréats des prix Méditerranée 2013

Mention spéciale du jury à Carlos Llop

Le prix Méditerranée 2013 a été attribué mardi 28 mai 2013 à 12h30 dans les salons de la Closerie des lilas à Paris à Wajdi Mouawad  pour Anima (Actes Sud) et le prix Méditerranée étranger 2013  à l’écrivain turc Nedim Gürsel pour L’ange rouge (Seuil), en partenariat avec le Conseil culturel de lUnion pour la Méditerranée, la Ville de Perpignan, berceau du prix Méditerranée, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales, la Caisse d’Epargne LR et la Région Languedoc-Roussillon.

Wajdi Mouawad, Prix Méditerranée 2013.

Une mention spéciale du jury a été attribuée à Carlos Llop pour son essai Dans la cité engloutie (Jacqueline Chambon).

Créé en 1984 par le Centre méditerranéen de Littérature, le prix Méditerranée, qui réunit en son sein des membres tels que Dominique Fernandez, Danièle Sallenave, Amin Maalouf, Jean-Christophe Rufin, récompense chaque année des auteurs français et étrangers inspirés par la Méditerranée.

Nedim Gürsel, Prix Méditerranée étranger 2013.

Cette année, trois écrivains étaient finalistes dans la catégorie Prix Méditerranée Français : Lancelot Hamelin, Le couvre feu d’octobre (Gallimard), Wajdi Mouawad, Anima (Actes Sud), Eric Valmir, Magari (Robert Laffont).

Dans la catégorie Prix Méditerranée Étranger, figuraient également trois auteurs :

Nedim Gürsel, L’ange rouge (Seuil), Carlos Llop, Dans la cité engloutie (Jacqueline Chambon), Salwa Al Neimi, Presqu’île arabe (Robert Laffont).

Le prix Méditerranée permet d’éclairer cette région du monde au coeur de l’actualité. Et « une formidable occasion, comme le rappelle le président du jury Dominique Fernandez, de réaffirmer la place de la littérature et du livre en Méditerranée et de rappeler le rôle spécifique quelle peut apporter dans léveil des consciences des peuples et leur cheminement vers plus de liberté ».

Wajdi MOUAWAD quitte le Liban à l’âge de dix ans en 1978 et émigre avec sa famille à Paris, puis à Montréal en 1983. Diplômé de l’École nationale du théâtre du Canada en 1991, il est très vite remarqué au Canada comme directeur de compagnie théâtrale, metteur en scène et dramaturge, en particulier avec Littoral en 1997 et Incendies en 2003. Il est directeur artistique du théâtre de Quat’Sous à Montréal de 2000 à 2004 puis du Théâtre français du Centre National des Arts à Ottawa. De retour en France, il obtient (et refuse) le Molière du meilleur auteur francophone pour sa pièce Littoral en 2005. Après Littoral et Incendies, il crée Forêts, le troisième volet d’une tétralogie sur le thème de la transmission et de l’héritage. Le dernier volet, Ciels, est présenté en 2009 avec les trois autres pièces au festival d’Avignon, dont il est l’artiste associé. Il reçoit le Grand Prix du théâtre de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre dramatique, qui s’enrichit du roman puissant et original, Anima : lorsqu’il découvre le meurtre de sa femme, Wahhch Debch est tétanisé : il doit à tout prix savoir qui a fait ça, et qui donc si ce n’est pas lui ? Éperonné par sa douleur, il se lance dans une irrémissible chasse à l’homme en suivant l’odeur sacrée, millénaire et animale du sang versé… Par son projet, par sa tenue, par son accomplissement, ce roman-Minotaure repousse les bornes de la littérature. Anima est une bête, à la fois réelle et fabuleuse, qui veut dévorer l’Inoubliable

Né en Turquie en 1951, Nedim Gürsel est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans, nouvelles, récits de voyage, essais littéraires. Lauréat de plusieurs grands prix littéraires, dont le Prix France-Turquie, il occupe une place primordiale dans la littérature de son pays et son œlivre est traduite dans de nombreuses langues. Il vit à Paris, où il est directeur de recherche au CNRS et enseigne à l’École des langues orientales. Son roman L’ange Rouge est traduit du turc par Jean Descat : le biographe turc de Nâzim Hikmet se rend à Berlin, où un mystérieux personnage lui a donné rendez-vous afin de lui remettre des dossiers très importants concernant le poète. A leur lecture, il comprend qu’il s’agit de documents de police concernant la vie privée et l’engagement de Hikmet, alors réfugié en Europe de l’Est après avoir connu la prison dans son pays, et que son interlocuteur, qui se fait appeler « Ange », n’est autre qu’un ancien agent de la Stasi.

Un déjeuner de presse réunira l’ensemble des lauréats des Prix Méditerranée, dont le lauréat du Prix Méditerranée des Lycéens, Grégoire Delacourt, le 14 juin à Paris. La remise officielle des Prix aura lieu le 28 septembre, à 15h, au Palais des Congrés de Perpignan.