Heureux hasard , c’est en ce 8 mars journée dédiée aux droits de la femme que sort aux éditions Trabucaires le livre écrit par Nicole Bertrand et Christian Combes « de l’ombre à la lumière, femmes d’artisans et de commerçants, témoignages et portraits »

 

Qui sait réellement ce qui se cache derrière le sourire avenant qui nous accueille à la boulangerie, à la teinturerie, chez le cordonnier ou chez le boucher ?
Ou comment imaginer qu’en 2021, des femmes impliquées totalement dans leur entreprise puisse ne pas bénéficier d’un statut, d’une sécurité, voire même d’une retraite ?

Nicole Bertrand, présidente de la commission des conjoints-collaborateurs de l’Union Professionnelle artisanale (UPA’66) de 1990 à 2005, et Christian Combes, juriste et formateur à la Chambre de métiers des Pyrénées-Orientales pendant des décennies ont fait partie de ceux qui ont porté cette mission qui a permis l’émergence de la loi de 2005 rendant le choix d’un statut (associé, salarié ou collaborateur non salarié) obligatoire pour les conjointes d’artisans et de commerçants œuvrant au sein de l’entreprise familiale.

« C’était la première fois que ces femmes pouvaient enfin prétendre à une reconnaissance sociale et à une retraite, confie Nicole Bertrand, aujourd’hui, nous avons voulu prolonger cette aventure en recueillant les témoignages, à cœur ouvert, de celles qui ont bien voulu nous confier leurs histoires de vie en toute sincérité, leurs moments de bonheur comme leurs difficultés ».
Vie de famille, éducation des enfants, vie de l’entreprise, réussite partagée, l’engagement des conjointes d’artisans représente un travail de longue haleine jalonné par des parcours de formation incontournables.

« La formation des conjointes d’entreprises a été sanctionnée dans les années 90 par le BCCEA (brevet de conjoint collaborateur des entreprises artisanales) devenu l’ADEA (assistant du dirigeant d’entreprise artisanale) », explique Christian Combes, « La formation leur apporte des connaissances et des compétences, elle apporte un diplôme, c’est bien sûr une valorisation, une immense satisfaction, mais la formation est surtout un formidable outil émancipateur qui permet les échanges, le dialogue et une forme de reconnaissance ».

Ce n’est pas non plus un hasard si Carole Delga, présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, et qui fut Secrétaire d’Etat chargée du Commerce et de l’Artisanat de 2014 à 2015, a choisi de signer la préface de cet ouvrage qui lève le voile sur « les difficultés et les réussites, les déceptions et les espoirs de celles qui s’engagent dans cette aventure à deux ».

 

C.L.

 

« De l’ombre à la lumière », disponible en librairie et sur le site internet des éditions Trabucaires : www.trabucaires.com

 

 

NN