Voilà déjà deux ans que Marie-Claude avait exposé ses œuvres pour la dernière fois dans la magnifique salle du caveau des Vignerons des Côtes d’Agly. Voilà déjà deux ans que nous n’avions eu le plaisir de répondre à son invitation pour un vernissage et à celle de Marie-Line, responsable du caveau. Cette trop longue absence a été réparée ce samedi premier avril.

La passion de la peinture flirte avec la volonté inassouvie de vivre une vie pleine, riche de joies, mais aussi de peines, de fidélité, d’engagements, de sincérité. Ces critères ne font-ils pas les plus belles œuvres et donc les plus grands artistes ? C’est ainsi que Marie-Claude vit son art.

« Coq en variation !»

C’est donc avec un très grand plaisir que nous avons répondu à l’invitation, comme nous le faisons d’ailleurs pour tous ceux qui font appel à nos services. Ils montrent ainsi tout l’intérêt qu’ils portent à nos sites, à une autre presse.
C’est le titre de l’exposition qui immédiatement à attiré toute notre attention, notre curiosité. « Coq en variation ». De quoi cet intitulé pouvait-il être porteur ?
Une fois de plus, nous n’avons pas été déçus. Marie-Claude, rappelons-le, vit à Raziguères, au milieu de la nature du Fenouillèdes si riche en couleurs, en contrastes, en rudesse aussi. Son inspiration est venue cette fois du poulailler installé dans le jardin voisin. Est-ce le chant matinal du coq qui a fait naître l’intuition, le souffle ?
Marie-Claude devait nous avouer que le volatile hantait ses journées, son esprit. Qu’elle s’était prise d’une véritable passion pour lui. D’où l’impérieuse nécessité d’exprimer son ressenti par ses aquarelles toujours aussi lumineuses.
C’est, en effet, tout juste si nous n’entendons pas le cri du coq dès nos premiers pas dans la salle d’exposition. Ainsi, la visite peut commencer, se présentant sous les meilleurs hospices dans le climat simple de notre nature si belle, dans le jardin voisin.

Marie-Claude, une artiste hors normes

En effet, dans notre discussion bien sympathique, nous apprenons que Marie-Claude a toujours était prise entre deux passions. Celle de l’écriture et de la peinture. Si finalement, la deuxième a pris le pas, il n’en reste pas moins que la première est toujours bien présente.
Il en est pour preuve, les tableaux nommés « coq en calligraphie ». Là, nous entrons dans l’intimité de la créatrice. Pour réaliser ses compositions, l’artiste prend son fusain, ferme les yeux, trace des lignes, des mots. Ensuite vient l’application des couleurs, leurs retouches immédiates si nécessaire, sans toutefois changer la première exquise. Et l’œuvre est née !
Les coqs, plus vrais que nature grâce au volume de leurs plumages, en train de picorer, sont également de la meilleure présence dans cette exposition qui fera date, n’en doutons pas.
Que dire de plus, sinon que Marie-Claude, n’a pas toujours le temps nécessaire pour créer, pour peindre, pour nous régaler. Ainsi va la vie !
Dommage aussi, que les moyens ne soient pas donnés pour permettre à tous les créateurs que compte notre vallée, de mieux exprimer leur talent, le faire connaître. C’est une véritable richesse qui reste en sommeil, éparpillée au grès de la fantaisie des installations, du coup de cœur de nos artistes pour l’environnement.
L’exposition à ne pas manquer, est visible jusqu’au 30 avril.
C’est Marguerite BRIU, bien connue dans notre cité qui prendra le relais.
Pour plus d’informations, s’adresser à Marie-Line au caveau au 04 68 34 27 61.
Elle vous accueillera avec le plus grand plaisir et toujours avec le plus large sourire.

Joseph JOURDA.