Ben J. Gross est né à Londres en 1976. Il peint depuis ses plus jeunes années. Diplômé en littérature à l’Université de Leeds (Angleterre) en 1999, il tombe amoureux de la lumière languedocienne et s’installe dans les Hautes-Corbières où ses passions pour la peinture et la musique s’affirment.

Influencé à travers son parcours artistique par Chagall, de Chirico, Bosch, Bacon, Dali etc. ses oeuvres évoquent souvent des thèmes mythologiques, bibliques, littéraires, mais il refuse de se cantonner a une catégorie stylistique.

Depuis cinq ans son travail s’alimente souvent de l’iconographie des lames de tarot anciennes. Le hasard lui mène à peindre un « MAT » en 2009; 4 ans plus tard il termine sa première série des 22 arcanes majeurs, peint en huile sur toile – baptisée « Tarot del Boig », oeuvres qui se trouve actuellement dans une collection privée à Gérone (Espagne).

L’artiste entame ensuite une deuxième série, « Major Arcana Revisited », achevée en octobre 2014, dans le but de scruter les symboles pictographiques, et faire dialoguer les traits de gravure grossier du Tarot de Marseille avec la fine technique d’enluminure qui rappelle l’ancien Tarot Visconte de Milan. Il se rend compte que cette étude rigoureuse, avec ses contraintes et ses anomalies, est au coeur de sa démarche de représentation figurative, une sorte d’épreuve d’initiation artistique.

Fils d’antiquaire, sa curiosité insatiable lui a fait passer des heures dans des librairies poussiéreuses. Passionné de la littérature et de l’étymologie, Ben J. Gross n’hésite pas à faire l’amalgame avec sa peinture, et s’appuie sur la structure des étagères pour mettre en scène ses sujets. Même des personnages sorties des lames de Tarot se promènent et se croisent dans des ruelles entre les livres.

– « La bibliothèque est comme un labyrinthe où se rencontre tous mes thèmes : la mythologie, les mots, les mondes souterrains, l’arcane. Sur les étagères, je peux réconcilier verticale avec horizontale, couleur avec forme, encre avec huile, abstrait avec figuratif… On dit en anglais « A picture paints a thousand words » (un tableau peints mille mots); c’est cette relation entre la parole et l’image, le signe et le signifié, qui m’intéresse. Bibliothèques hantées par des mots, où les profondeurs des coulisses, eux-mêmes paysages intérieurs regorgeant de mémoire collective, me suggèrent intrigues et énigmes. Comme dans un tirage de cartes de Tarot, les histoires qui s’y cachent sont aussi multiples que leurs lecteurs; de la même manière j’invite chaque spectateur, muni de son propre fil d’Ariane, à se promener dans les Biblio-Labyrinthes. »

Site de l’artiste : www.benjosephgross.net