C’est à partir du magnifique livre du photographe Ferrante Ferranti consacré au baroque catalan, qu’est venue l’idée à l’artiste peintre  Jean-Marie Caux de s’inspirer de ce thème pour rendre hommage à son tour à ces grands artistes de notre territoire. Ces toiles ont été présentées, ce vendredi 1er aout, dans la cour de l’Eglise de Camélas.

Peintre abstrait, soucieux d’aller toujours plus vers le dépouillement, Jean-Marie Caux joue avec la lumière et les couleurs à la charnière d’un enjeu profond. Il crée dans ses toiles les conditions de rencontre avec les images sacrées dans l’élan d’un fidèle qui exerce son œil à la pénombre pour percevoir les nuances. Avec pour défi d’invoquer l’artiste qui vit à l’intérieur de ces retables de bois et, plus encore, d’aller au-delà de la représentation.

Les œuvres de Jean-Marie Caux ne se laissent pas saisir en un seul regard. La lumière les fait vibrer permettant à chaque toile de s’affirmer comme un champ de forces où chaque déplacement crée un affrontement entre plusieurs formes et plusieurs couleurs. Une métamorphose de la conscience est possible à chaque instant et l’ont peut soudainement changer la perception de soi et de ce qui nous entoure, avec un simple regard. L’artiste, qui regrette de ne pas avoir la foi, nous plonge  dans cet éblouissement de couleurs. Peut-être y trouve-t-il, justement, une source de méditation et une approche du sacré.