Une aquarelle de Gilles Coutal.

 

L’actualité du mois de juin 2013 : deux expositions à la galerie Marianne et au foyer communal.

Une œuvre de la sculptrice Corinne Dauer.

Autre sculpture signée Corinne Dauer.

 

La sculptrice Corinne Dauer et l’aquarelliste Gilles Coutal exposeront leurs oeuvres à la galerie Marianne du 14 juin au 3 juillet. Vernissage le 14 juin à 19h.

 

Le foyer communal accueillera quant à lui les artistes d’ARG (Association artistique d’Argelès) du 17 au 29 juin. Vernissage le 22 juin à 18h 30.

 

Corinne Dauer et Gilles Coutal à la galerie Marianne (14 juin au 3 juillet) : la liberté comme credo « On touche la terre du doigt et on y passe le corps entier. » Ces paroles de Corinne Dauerrésument à merveille la passion de la sculptrice pour son art. «Très attirée par l’argile et les matériaux malléables, je suis venue à la sculpture il y a cinq ou six ans. J’ai toujours crayonné et dessiné. Mais j’adorerais également danser ou chanter ! En fait, j’aime toutes les formes d’expression ! ». Très vite, la passion s’est transformée en métier. « Je sculpte du matin au soir dans mon atelier. Mais pour cela, il faut avoir la foi et être bien entourée », analyse-t-elle en faisant allusion à son époux et ses enfants.

Pas de doute : à 46 ans, cette Castraise qui, dans une autre existence, travaillait dans l’hôtellerie, a trouvé sa voie. Une voie qu’elle ne souhaite pas suivre recluse dans une tour d’ivoire. « Je donne des cours une partie de la semaine. Cette démarche est très enrichissante, elle me fait découvrir d’autres univers vers lesquels je ne serais jamais allée. »

Le corps humain et la femme sont ses principales sources d’inspiration. Cependant, la vingtaine de sculptures figuratives qu’elle exposera à la galerie Marianne feront la part belle au couple et à la famille. « Mais j’ai plein d’idées sur l’abstrait, je ne veux surtout pas m’enfermer ! Ce serait dommagecar l’art, c’est la liberté. »

Dans un avenir très proche, Corinne espère ainsi délaisser l’argile au profit du bronze. Son oeuvre, synonyme de mouvement, d’harmonie et de contemporanéité, y gagnera en volume. Cette étape ne sera certainement pas la dernière pour cette artiste qui semble abhorrer toute forme d’immobilisme.

Gilles Coutal, lui, est aquarelliste. Il joue avec l’eau, les pigments et le papier. « L’aquarelle est magique : c’est la luminosité, la transparence, la spontanéité, la fraîcheur », explique-t-il avec un enthousiasme dans la voix nullement altéré par trois décennies de pratique. Ses oeuvres sont créées en extérieur ou en atelier lorsque le temps capricieux ne permet aucune flânerie artistique. Elles sont caractérisées par un dépouillement parfaitement dominé. «J’épure beaucoup. Je m’attache surtout à traduire sur le papier des sentiments, des émotions. Je m’exprime avec ma propre écriture. Par exemple, lorsque je peins un arbre, je le retranscrits à ma façon, et non comme il est réellement. Sinon, quel intérêt ? » Notre peintre a beau être artiste dans l’âme, il n’en reste pas moins exigeant avec lui-même, jusqu’à s’ériger en juge impartial. « L’aquarelle compte parmi les techniques les plus difficiles à maîtriser. Je n’ai pas droit à l’erreur. Aussi, je brûle beaucoup de productions que je juge ratées. »

Ce souci de perfection se retrouve également dans la manière de préparer une exposition. « Certains disent de moi que je suis le Francis Cabrel de la peinture : je fais les choses doucement mais comme il faut, précise-t-il en souriant. Je reste toujours dans une démarche de qualité, de la réalisation de l’aquarelle jusqu’à l’encadrement de la peinture. Mais attention, je veille à être sérieux sans me prendre au sérieux ! »

N’empêche, cette forme de discipline a porté ses fruits. En effet, l’artiste tarnais est membre de la Société française d’aquarelle et son talent reconnu lui a permis d’exposer un peu partout en France, de Narbonne à Paris, dans le cadre de salons internationaux. Cet été, il sortira de l’Hexagone pour accrocher ses toiles dans le magnifique cadre du beffroi de Bruges, en Belgique. En attendant, il exposera vingt-trois aquarelles dans la galerie Marianne. Les Argelésiens et les touristes apprécieront ce vent de fraîcheur qui soufflera sur le village.

Exposition ouverte les mardi, jeudi et vendredi de 14h à 18h ; les mercredis et samedis de 10h à 12h et de 14h à 1 h. Vernissage le 14 juin à 19h. Entrée libre.

ARG au foyer communal (17 au 29 juin 2013) : les Argelésiens ont du talent !

Tous les étés, sur l’initiative de la galerie Marianne, le foyer communal, rue du 14 juillet, au coeur du village, se transforme en galerie d’art investie par des artistes talentueux. Du 17 au 29 juin, l’association artistique d’Argelès (ARG) inaugurera la saison en présentant au public des peintures (huile, acrylique, aquarelle), des sculptures et des dessins inédits réalisés par une douzaine de ses adhérents.

Pour rappel, l’ARG fait partie des associations les plus dynamiques de la ville. « Elle compte 70 adhérents âgés de 27 à 88 ans qui y exercent leurs talents de peintre, de dessinateur ou de sculpteur. L’ARG participe régulièrement à des salons comme ceux de Rosas (jusqu’au 30 juin à la galerie Ros’Art) et Banyuls-sur-mer (début mai) », précise Yolande Amichaud, sa présidente.

Pour en savoir plus : www.argeles-arg.fr

Exposition ouverte les mardi, jeudi, vendredi et dimanche de 16h à 19h 30 ; les mercredi et samedi de 10h à 12h 30 et de 16h à 19h 30. Vernissage le 22 juin à 18 h 30. Entrée libre.