La galerie Marianne sera fermée pour congés annuels du 21 décembre 2014 au 5 janvier 2015.


—————————————————————————————————————————————————————

 

Prochaine exposition de l’année du 7 au 24 janvier : Patrick Demelenne accroche ses toiles et ses dessins (visuel joint)

 

Métallurgie. En tant que Belge de Lorraine, c’est donc presque tout naturellement que Patrick Demelenne a été interpellé par le monde de l’acier qui influera sensiblement son œuvre. « La rencontre avec d’anciens sidérurgistes est pleine d’enseignement. Les interactions entre ce monde de l’acier et les émotions que chacun peut ressentir me semble une évidence artistique » précise-t-il.

La série qu’il présentera du 7 au 20 janvier prochain à la galerie Marianne est composée d’une trentaine de toiles et de dessins dont une dizaine de diptyques.

Son titre : Les liens d’acier.

Particularité. Ces toiles grand format en relief sont composées de pièces ramassées dans les friches industrielles. « Elles parlent de la dualité entre le vrai et le faux avec en constante l’opposition entre le chaud et le froid symbolisés par les couleurs sang et métal ».

Certaines d’entre elles sont mobiles et grâce à un système d’aimants, le visiteur peut interagir, en changer la physionomie et devenir acteur, s’approprier l’œuvre.

 

Retirada. Patrick Demelenne s’est installé dans les Pyrénées-Orientales il y a cinq ans. Ce changement d’horizon marquera le début d’une nouvelle étape dans son travail. « J’ai appris ce que le département renfermait comme passé. Le lien entre les exodes passés, la fuite des réfugiés Espagnols et ce monde qui s’est éteint en Lorraine ont fait le lien. D’une certaine manière, les histoires se ressemblent. Elles parlent d’un univers qui s’ éteint… »

Les toiles récentes de l’artiste parlent ainsi de la Retirada, de l’exil à travers des témoins que Patrick Demelenne a rencontré et des documents qu’il a consultés. « J’ai arpenté des lieux chargés d’histoire(s), d’espoirs, d’incertitudes, de douleurs. J’ai tenté de comprendre et de donner mon éclairage. J’ai incorporé des éléments témoins, des fragments témoins de métal ramassés à proximité des camps qui subsistent encore de nos jours. Le lien entre les deux mondes était évident » insiste-t-il.

 

« Emotion, lien, partage ». L’artiste se montre également prolixe sur son œuvre. « Chaque toile renferme une histoire, l’expression d’émotions. C’est un moyen de parler au visiteur. Il existe des clefs comme le choix des couleurs et leurs oppositions, la construction avec ses lignes directrices ».

 

Les toiles et les dessins accrochés à la galerie Marianne traiteront de nombreux thèmes : La Retirada, la chance, le jeu, les sentiments, les dualités entre les mondes.

 

Rendez-vous du 7 au 24 janvier. Ouvert les mercredis et samedis de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h ; les mardis, jeudis et vendredis de 14 h à 18 h.

 

Entrée libre.

 

Vernissage le 10 janvier à 11 heures.

 

Patrick Demelenne sera présent à la Galerie tous les samedis. Il y rencontrera le public, fera partager son cheminement.

 

Infos. 04 68 81 50 60

Galerie Marianne, Espace Liberté, rue du 14 Juillet