La 19e édition du « Festival du Livre et de la Mer » s’est tenue ce week-end au lycée Christian Bourquin et à la Médiathèque d’Argelès-sur-Mer. L’inauguration a eu lieu samedi en début d’après-midi, en présence d’Olivier SALAVAN, proviseur du lycée, Pierre AYLAGAS, président de Communauté de communes Albères – Côte Vermeille – Illibéris, Guy ESCLOPé, conseiller régional représentant la présidente Carole DELGA, Vincent VINAS, président du salon et André BONET, président du Centre Méditerranéen de Littérature (CML)

 

 

Le public est venu à la rencontre des conférenciers, historiens et écrivains invités , parmi lesquels Marie-Pierre Jézégou, Fréderic Cadène, Eric Gohier, Jean Surjus, Jacques Issorel et Robert Vinas, ont planché sur la conquête des mers, plus que jamais au cœur de l’histoire de l’Humanité.

Depuis toujours les hommes se sont aventurés en mer et ont cherché à maîtriser les océans afin d’échanger, contrôler, découvrir et s’ouvrir au reste du monde. La mer figure plus que jamais au cœur des enjeux de notre siècle.

 

Parmi les temps forts du salon, la conférence de la marraine Inès Léraud, journaliste d’investigation et écrivaine, venue présenté son livre sous la forme d’une bande dessinée qui est une enquête sur la scandaleuse pollution du littoral breton. Très factuel, didactique, dense, Algues vertes. L’Histoire interdite met sans ménagement les pieds dans le plat nauséabond de la pollution des plages bretonnes à partir de cas édifiants Lors de sa conférence qui a attiré une centaine de personnes elle a évoqué l’invasion et la décomposition de ces algues dont les émanations représentent un danger mortel.. Depuis la fin des années 1980, pas moins de trois personnes et une quarantaine d’animaux y ont succombé.

« En 2015, je me suis installée dans un hameau des Côtes-d’Armor, a-t-elle expliqué. J’y ai fait la connaissance d’un habitant dont la petite fille avait développé une kératite liée à l’hydrogène sulfuré dégagé par les algues. Ce dossier tabou m’a happée. » Trois ans durant, elle a enquêté sur le phénomène, directement lié à l’agriculture intensive et ses objectifs de rentabilité insensés : « Une économie hégémonique, sans contre-pouvoirs, où règne l’omerta ». Ses effarantes révélations ont captivé les participants qui ont été nombreux à se faire dédicacer son ouvrage.

En 2020, les organisateurs fêteront le 20e anniversaire de ce salon du livre, devenu au fil des ans incontournable en pays catalan.