(Capture d’écran TF1 – Journal télévisé de 20H, samedi 11 septembre 2021)

 

A ce rythme-là, Lison Boudoul, grand-reporter à TF1, s’enveloppera bientôt intégralement dans la burqa… C’est à se demander d’ailleurs si ce ne sont pas les Talibans qui lui tiennent déjà le micro et la caméra. Pathétique ! Si le métier de journaliste se résume aujourd’hui à une telle pantalonnade – pour rester poli – alors la Liberté d’expression (et surtout d’informer) n’a plus aucun sens. La profession, qui nous avait plutôt habitué à être le langage de demain, est en train de s’enterrer dans un conservatoire de clichés en vendant son âme au diable, en l’occurrence aux Talibans. Tragique.

Journalistes, revenez vite à la « langue de bois », c’est moins sinistre et plus transparent (surtout au niveau des accoutrements…).

L.M.