Communiqué de presse.

 

« Le dimanche 22 septembre, dans le cadre des Journée européennes du patrimoine, l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (l’ANACR) organise une randonnée de La Bastide à Valmanya via La Pinouse pour découvrir les vestiges de l’exploitation des mines de fer et la riche histoire de la Résistance dans cette partie du Canigou

 

Cette randonnée (une dizaine de kilomètres avec un dénivelé positif de 300 mètres et un dénivelé négatif de 660 mètres, faisable en 4h 30 de marche) partira du petit village de La Bastide.

Autour de la tombe des trois guérilleros espagnols tués le 2 août 1944, l’historien Georges SENTIS retracera l’histoire des groupes de maquisards espagnols nés dans les exploitations forestières du massif.

Après avoir laissé les voitures au col de la Palomera, les marcheurs découvriront d’abord les vestiges du passé minier : le tracé d’une voie ferrée, la trémie de Rapaloum où le minerai de fer acheminé depuis la mine par un câble aérien, était chargé sur des petits wagons. Puis, on arrivera à la mine de la Pinouse. Dominé par le bâtiment où logeaient les familles des mineurs.

Les guérilleros et les FTPF du maquis Henri Barbusse s’y installèrent le 8 juillet. Mais l’Occupant nazi qui traquait depuis la fin juin ces maquisards (attaque du camp du Cogoullo le 27 juin, du chalet du Canigou le 7 juillet), monta une vaste opération début août : deux colonnes allemandes venant du Chalet du Canigou et de la Tour de Batère convergèrent vers la Pinouse. En protégeant le repli de ses hommes, Julien PANCHOT, blessé fut fait prisonnier. Après avoir été torturé, il fut fusillé. Sur un des murs du bâtiment, on peut voir encore l’impact des balles qui l’ont tué.
En descendant vers Valmanya, nous passerons près du mas des Cabanats, QG du réseau de passage du Sainte-Jeanne animé par l’instituteur Louis HORTE et le lieutenant CASSO. Arrivé à Valmanya, nous visiterons le petit musée dont une salle est consacré à la destruction de ce village par les Allemands les 1er et 2 août 1944.
Une navette sera mise en place pour permettre aux conducteurs de récupérer leurs voitures au col de la Palomera.

Nous donnons rendez-vous le dimanche 22 septembre à 9h 30 à La Bastide à tous ceux qui désirent découvrir en marchant ces pages de notre histoire« .