Un ambassadeur qui quitte en premier le navire… ça c’est du « Made in France » ! Cela s’appelle… prendre la poudre d’escampette

 

 

(Vu sur la Toile)
TÉMOIGNAGE. « L’ambassade de France en Ukraine a pris ses ses cliques et ses claques et les Français sont restés sans réponse », dénonce un expatrié installé à Kiev
(France Info)

|

 

Un millier de Français étaient toujours en Ukraine, hier mercredi 2 mars. Certains dénoncent l’inaction de l’ambassade de France pour les aider à se mettre à l’abri
France Info.- Quand la guerre éclate le 24 février, Eric est à Kiev. Le professeur de français originaire de la région parisienne prend alors immédiatement contact avec l’ambassade. « J’ai essayé de les appeler régulièrement pour savoir si quelque chose allait mettre en place, explique-t-il, ne serait-ce qu’un rapatriement, pas forcément à la maison, mais une sorte de regroupement déjà des ressortissants français. Et il n’y a rien du tout. » Il décide donc de quitter l’Ukraine, de partir en voiture, direction la Pologne. « J’ai prévenu l’ambassade de notre déplacement. Ils m’ont dit non, mais vous savez, on conseille plutôt de rester là où vous êtes. C’est plus safe. Au moment où je vous parle, je suis évidemment ravi de pas du tout avoir écouté ces consignes. »

Pour s’éloigner des combats, l’ambassade de France à Kiev s’est installée à Lviv. Elle est opérationnelle depuis mardi 1er mars et assure « porter assistance aux Français qui se trouvent encore en Ukraine ». Un millier de ressortissants français étaient encore sur place, selon le Premier ministre Jean Castex mardi. Mais depuis ce transfert de l’institution à 600 kilomètres de la capitale ukrainienne, certains Français se sentent abandonnés mercredi.

 

Aucune aide de l’ambassade pour quitter Kiev

 

Anthony, entrepreneur installé à Kiev depuis une dizaine d’années ne décolère pas. « Certaines familles de français se sont manifestées auprès de l’ambassade au moment où le convoi quitte l’ambassade de Kiev pour rejoindre Lviv », raconte le Français. « Ils voulaient se faire escorter. Partir tous ensemble, avec la protection du GG et cela a été refusé. Et le convoi est parti sans ces Français. Ce n’est pas normal ! Qu’est ce qu’a fait l’ambassade ? Elle a pris ses cliques, ses claques et les Français au milieu de ça, ils sont restés sans réponse, sans rien. »

Anthony a quitté l’Ukraine par ses propres moyens. Mais ce n’est pas le cas de Bernard, retraité à Kiev et habite à dix minutes du palais présidentiel. « Je vais essayer de partir éventuellement par des amis d’amis, des contacts. C’est un petit peu l’entraide et le bouche à oreille. Mais l’ambassade, il n’y a rien Pas de nouvelle ! » dénonce-t-il. « Les seuls messages que j’ai entendu ou que j’ai vu à la télé, c’est ‘Une fois que vous aurez passé la frontière en Pologne ou en Roumanie, vous allez à l’ambassade. Mais le problème, ce n’est pas une fois qu’on a passé la frontière, c’est pour la passer. Après on n’a plus besoin de l’ambassade ! ». Pendant l’interview avec France Info, mercredi, Bernard a reçu un SMS de l’ambassade lui indiquant de quitter la ville dès que possible.

 

« Nos équipes sont sur place et font leur maximum »

 

Anne Getenet, la députée LREM de la 11e circonscription des Français établis hors de France, a reconnu le 2 mars sur France Info que « tout est fait pour les [ndlr : les Français expatriés en Ukraine] aider avec effectivement, des loupés et des ratés. Tout n’est pas parfait, mais vraiment, l’énergie déployée pour aller au soutien de chacun est maximale. »

L’Ukraine faisant partie de sa circonscription, la députée fait face à de nombreuses critiques des ressortissants français : « il faut comprendre qu’ils sont tous en des endroits extrêmement différents et que le couloir pour sortir de Kiev, c’est une autoroute seulement, explique-t-elle. Nos Français sont souvent établis depuis fort longtemps sur place et sont dispersés. Il est évidemment extrêmement difficile de rejoindre ce point de sortie. » Elle dit entendre « cette émotion exprimée, qui est tout à fait légitime » et assure « que [ses] équipes sont sur place et font leur maximum » pour venir en aide aux Français bloqués en Ukraine.