Hommage à Madame Evelyne MINGO

 

L’emblématique Directrice de la FDGDON 66 (Fédération Des Groupements de Défense des Organismes Nuisibles) nous a quitté mercredi dernier de manière brutale.

 

« Evelyne MINGO était la directrice fondatrice de cet organisme agricole avec Michel GUALLAR, qu’elle ne cessait de remercier pour lui avoir donné la chance d’exercer à ce poste. Elle aura connu deux autres présidents, François MAURELL et Gérard MAJORAL, président actuellement en poste. Dès le début des années 2000, elle se battra pour La Défense de Ses agriculteurs, comme elle aimait à le dire, sur les sujets délicats de la protection sanitaire des végétaux du département notamment contre la Sharka sur pêchers, la Flavescence Dorée de la vigne et l’ECA (Enroulement Chlorotique) de l’abricotier.
Ce combat sur la méthodologie et les indemnisations dues pour compenser le préjudice subi, elle le portera au niveau régional et national. Son engagement et sa détermination feront d’elle, une référence sur le sujet. Élément indiscutable à la création de la caisse sanitaire « fruits » française, elle deviendra l’interlocutrice privilégiée de toutes les missions menées par la DGAL (Direction Générale de l’Alimentation) et de l’Etat par l’intermédiaire du CGAAER (Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux) organismes qui, impressionné par sa passion, sa pertinence, ses compétences, lui décerneront de manière unanime la médaille du Mérite Agricole.
Notre agriculture, milieu fait souvent d’hommes rugueux, a trouvé dans cette personne une femme dont le caractère, le grand cœur, la bienveillance et son professionnalisme se fera plus que respecter dans cet environnement. Ces différentes maladies qui faillirent faire disparaître un pan de l’Agriculture du département, sont pendant des années tombées sur un obstacle de taille, car ceux et celles qui l’ont connue ou côtoyée, auront été marqués à vie par ce que cette personnalité aura su leur apporter. C’est cet exemple et ce chemin que nous continuerons à suivre. Le cœur lourd mais rempli de certitudes, nous nous emploierons, unis, à perpétuer son héritage.
Dans les nombreux messages et hommages que nous avons reçus, un, plein de mélancolie disait que «c’était un peu notre Maman». Eh bien oui, nous pensons que l’Agriculture de notre département a perdu une de ces défenderesses les plus acharnée, mais surtout sa maman !
A ses filles, ses petites filles et toute sa famille, le monde agricole vous présente son plus profond respect et ses plus sincères condoléances ».

 

 

FDGDON’66