A  cause du COVID-19, les stations de ski françaises ne devraient pas ouvrir pour les fêtes de fin d’année… Comment les autres pays européens gèrent-ils « l’or blanc » à l’approche des vacances scolaires des fêtes de fin d’année ?

 

Plus près de nous, d’abord, en Andorre, les stations ouvriront l’ensemble de leur domaine skiable pour la Sainte-Barbara, c’est-à-dire le vendredi 4 décembre, incluant les restaurants, les bars et les hôtels. Seule condition, et pas des moindres : que la neige soit au rendez-vous. Mais les Andorrans vont devoir skier entre eux car, côté clientèle française, les grands réservoirs humains de proximité que sont la métropole toulousaine et l’agglomération perpignanaise, entr’autres, sont situés largement à plus de vingt kilomètres !

 

 

En Allemagne, le gouvernement fédéral a déjà tiré un trait sur la saison en Bavière, région du sud-est du pays dont les pistes sont particulièrement prisées durant les fêtes de fin d’année par de nombreux vacanciers allemands. L’ensemble des stations resteront fermées pendant les vacances décembre pour éviter la propagation du coronavirus.  Le dirigeant de la Bavière a plaidé pour la mise en place d’un accord européen pour éviter une concurrence déloyale. Il a notamment tenté de dissuader les Allemands de se rendre en Autriche voisine si elle décidait de garder ses pistes ouvertes… leur rappelant « Qu’ils se verraient imposer une quarantaine de 10 jours à leur retour » !

Pour l’heure, en Autriche, les stations de sports d’hiver sont fermées dans le cadre d’un confinement national qui, en théorie, devrait être levé le lundi 7 décembre.

 

En Pologne, les pistes de ski devraient rouvrir cet hiver… mais uniquement pour la population locale et pendant les vacances scolaires. L’ouverture des pistes de ski est destinée aux personnes vivant à proximité, pas à celles qui veulent partir en vacances. Les hôtels et les restaurants resteront fermés pendant la période des vacances.

En Italie, la prudence fait aussi loi. Le gouvernement penche pour la fermeture des stations italiennes.  Comme en France, les régions des Dolomites, de la Lombardie, du Piémont et du Val d’Aoste sont classées rouge au regard de la circulation du coronavirus.

 

En Suisse, en revanche, les autorités  annoncent un Noël presque « open bar », tant pour ses ressortissants que pour les voyageurs français. «La fermeture n’est pas une option. On mangera et skiera dans les stations à Noël», assure Christophe Darbellay, président du Conseil d’État du Valais. Dans cette région helvète, la réouverture des bistrots est prévue pour la mi-décembre, sauf catastrophe sanitaire…

 

(Sources : AFP et Le Figaro)