(Communiqué)

 

 

« A Saint-Hippolyte « Les Dieux sont tombés sur la tête »… Ou plutôt les 23 élus du Conseil Municipal quand, à l’unanimité, ils ont voté le point n°6 à l’ordre du jour de la séance du 3 février 2021

 

 

Quel était le sujet de ce point n°6 ? C’est une demande de concession de plage du domaine public maritime de St Hippolyte qui va être adressée aux services de la préfecture des P-O seule habilitée à en délivrer l’autorisation, sachant que l’Etat est propriétaire du domaine public maritime.
Ce qui nous choque dans cette demande ce sont les raisons invoquées : protection du littoral (grâce à la loi du même nom, grâce à Natura 2000, espace remarquable…) et surtout valorisation touristique de la commune.
Les raisons paraissent peut-être louables à certains, mais où elles le sont moins, c’est quand il y a la volonté de céder l’attribution de la concession à des « personnes publiques ou privées pour en assurer la gestion sur une durée pouvant aller jusqu’à 12 ans, soi-disant pour empêcher l’installation de projets qui ne seraient pas vertueux et conformes aux exigences environnementales du site ». Donc ils en sont conscients qu’il peut y avoir des dérapages, d’autant plus que dans cette zone Natura 2000 aucun projet ne peut voir le jour puisque toute construction y est illégale.
Et, comble de l’excès, proposer « un service de snack/bar/voire restauration, mais en contraignant le délégataire à des actions particulières en faveur de l’environnement, en utilisant des verres Ecocup, en se mettant en rapport avec Rivage et en ramassant les déchets… ». Faut-il en rire ? Jaune alors.
Comment peut-on protéger un littoral en installant sur sa plage une guinguette qui va générer des nuisances de tous ordres pendant douze ans ?
La pollution visuelle de cette installation dans un site tout à fait remarquable et préservé où cohabitent des cabanes de pêcheurs, une association de restauration de barques catalanes, quelques résidents à l’année est une injure faite à l’écologie et à l’environnement ! Que va devenir la tranquillité réputée de ce site ? Des stationnements sauvages qui vont proliférer tout autour du commerce et une sonorisation excessive vont venir la troubler. La dégradation du littoral est programmée. La faune et la flore vont en pâtir à court terme.
Nous sommes très étonnés de lire que tous les élus ont voté ce point n°6 car certains, et non des moindres, (trois adjoints et deux conseillers délégués) font partie de la commission environnement et écologie de la commune. Deux de ces adjoints et un des conseillers délégués sont des dirigeants très actifs de l’association St Hippolyte Environnement qui, pour l’occasion, est muette comme une carpe.

Comble de l’ironie si on peut dire en parlant d’un sujet aussi grave, un conseiller délégué est co-secrétaire du groupe local de EELV* Agly-Salanque. C’est à n’y rien comprendre ! Ils sont pour la dégradation et la destruction programmée (douze ans) d’un site protégé.
Et nous sommes d’autant plus surpris que les élus originaires de St Hippolyte (la maire et le premier adjoint entre autres…) soient d’accord avec la dégradation d’un bord d’étang qui a bercé toute la jeunesse de St Hippolyte (cargolades, bullinadas dégustées à la Sagnette) lors des fêtes patronales d’autrefois, voire les trobadas de Bonança à la Font del Port qui risquent d’être troublées par des personnes peu sensibilisées au respect des lieux et de leurs habitants.
Rappelons que ce secteur est situé en zone inondable où toute construction y est soumise à des règles strictes de permis de construire. Un établissement recevant du public (ERP) est encore plus soumis à des mesures contraignantes d’accessibilité, de sécurité et de pollution.
Qu’en sera-t-il des mesures d’hygiène sachant qu’il n’a pas d’assainissement ni d’eau potable sur les bords de l’étang. Des toilettes sèches ? Autant c’est envisageable pour des particuliers autant ce sera difficile pour un établissement recevant du public.
Nous espérons et nous ne doutons pas un seul instant que les services de la préfecture des Pyrénées-Orientales sauront mettre un terme aux aspirations anti écologiques et anti environnementales du conseil municipal de Saint-Hippolyte ! ».

 

 

 

Signé : les anciens élus d’opposition et de nombreux Hippolytains soucieux de l’environnement et de la protection de l’écosystème du bord de l’étang.

 

*EELV = Europe Ecologie Les Verts