(Copie de cette lettre a été adressée à Sébastien Cazenove, député (La République En Marche/ LaREM) de la 4e circonscription des P-O).

 

A l’heure où la Sécurité Sociale nous matraque de messages publicitaires dans les médias pour nous offrir des rendez-vous chez le dentiste – via « M’T dents » – cette histoire est insupportable ; mais dans quelle société (sur)vivons-nous !?… Amélie (l’assurance maladie) ne serait-elle donc devenue qu’une façade commerciale inhumaine ? Y’a-t-il un dentiste dans la salle (de l’Hôpital) pour prendre cette situation à bras-le-corps ? 

 

 

-Le COVID vu par un petit garçon en situation de handicap

 

 

Bonjour, je m’appelle Sam, j’ai 16 ans et je suis ce que l’on appelle X Fragile. À cause de cette maladie, je n’apprendrai jamais à lire, à écrire ni à parler correctement. Mais je joue comme un petit garçon de 5 ans avec mon papa et ma maman qui m’aiment plus que tout.
Il y a un an, j’ai eu très mal aux dents. De mauvaises dents, c’est ça aussi ma vilaine maladie génétique. Alors j’ai vu le docteur à l’hôpital, car les dentistes ne peuvent pas le soigner.

Je l’aime bien, le docteur, car il écoute mon petit cœur, ça me fait rire. Il a dit qu’il fallait enlever deux dents et surtout soigner celle qui était fendue. « Ça fait mal une dent fendue quand le nerf est à vif. » C’est mon papa qui l’a dit. Alors le docteur a répondu qu’il pouvait me donner de l’aspirine, jusqu’à 3g par jour.  Je ne sais pas trop ce que ça veut dire, mais ça fait du bien quand il me donne l’eau qui pique.

Après mon papa m’a promis que le docteur allait m’opérer au mois de mars pour que je n’ai plus mal, puis à cause de la maladie qu’il y a dehors, l’hôpital n’a pas voulu. Ce sera en septembre. Ce devait pas être bien, parce qu’ils ont repoussé à décembre. En fait ils ne savaient pas trop comment faire. Ils ont dit en janvier.
Aujourd’hui, maman m’a amené voir un autre docteur. Il m’a mis un bâton dans le nez pour l’opération de demain. Ça aussi ça fait mal, mais j’ai été grand. Et puis le soir le téléphone a sonné. Mon papa c’est énervé et après avoir raccroché il a dit que l’opération serait pour plus tard.
Moi j’ai toujours ma dent fendue, je bois toujours depuis un an la même eau qui pique avec le médicament plus les autres pour ma maladie et je pleure.

Je pleure parce que les dents ça fait mal. Vous avez déjà eu mal aux dents ? Je me griffe me tire les cheveux mais j’ai toujours mal, de plus en plus mal. Je vois que papa et maman ont mal aussi. Je crois que les grands ne savent pas ce qu’ils font, surtout avec la maladie… Ils parlent tout le temps d’elle et ne font rien de plus. Papa pense que si ces grands qui passent à la télé avaient mal aux dents comme moi, l’opération ne serait sûrement pas reportée pour eux. Moi je ne comprends pas tout mais je sais qu’il se moquent d’un garçon comme moi qui a mal depuis plus d’un an avec une dent fendue, un nerf à vif. Peut être parce que je suis handicapé et que je ne suis pas prioritaire, comme ils disent. Qu’est ce que ça veut dire ?

Quand on a mal, les gens ne sont pas là pour vous soigner ? Ces grands de la télé, ils doivent être prioritaires eux. En tout cas, ils n’ont pas l’air d’avoir mal. Peut être qu’ils ne savent pas ce que c’est.
Papa a dit aussi que la maladie nous montre le vrai visage de notre pays, qu’il faudra un jour se débrouiller par soit même car rien n’est plus important que d’arrêter la douleur quand on souffre. Je ne comprends pas tout. Moi, tout ce que je veux, c’est arrêter d’avoir mal. Ça fait trop longtemps que ça dure, trop longtemps que je pleure.

Sam 
(X fragile- Rage de dents et nuits perturbées depuis un an, infection, complication, dentaire…).

Un petit garçon en situation de handicap, aujourd’hui en France.