C’est une exposition des œuvres d’une femme libre qu’accueille jusqu’au 31 juillet la Galerie des deux Clochers. En effet, Jeanne Carolus (1904 – 1974) a fait partie de celles dont la vie n’a pas été dictée par les conventions sociales et encore moins par le « Qu’en dira-t-on »

 

Mariée, mère de deux enfants décédés jeunes, abandonnée par son mari, l’artiste passe ensuite le reste de sa vie avec Henriette Lobjoit. Partageant leur existence entre Paris et Saint-Génis-des-Fontaines, les deux compagnes fréquentent alors assidûment des milieux intellectuels et artistiques presque exclusivement féminins, hors des normes de l’époque.

Professeure de peinture en lycée de filles, Jeanne fait preuve de la même indépendance en matière de création. Peintures, gravures, portraits – les visages comptaient parmi ses sujets de prédilection -, paysages, toiles abstraites : pendant plus de quatre décennies, elle n’aura de cesse d’explorer divers chemins artistiques, toujours avec bonheur.

Jeanne Carolus a exposé avant la seconde guerre Mondiale au salon d’Automne de Paris, à la Biennale de Venise, à Tokyo, à New-York. Par la suite, elle n’a plus jamais accroché. Ce qui donne encore plus de force et d’émotion à ce bel hommage posthume proposé à Saint-Genis des Fontaines, fruit de la volonté de Claude Lobjoit, dépositaire de l’œuvre de Jeanne Carolus.

La scénographie et le commissariat de l’exposition sont assurés par Marie HL et Juliette Buffard.

 

 

 

-En pratique : Galerie des deux Clochers (au-dessus du cloître) 13, rue Clemenceau. Jusqu’au 31 juillet. Tous les jours (9h30-12h 30 et 15h-19h). Entrée libre.