La Région est chargée de la mobilité, du transport scolaire et voyageurs. Elle encourage fortement la complémentarité Bus/ Train pour relancer le train à 1 euro. Dans ce cadre, elle a supprimé une ligne voyageurs : celle de 9h, que les scolaires qui rentrent plus tard dans leurs établissements à Perpignan prennent aussi au départ de Saint-Féliu-d’Amont (Les autres lignes fonctionnent normalement)…

Or, le problème c’est que la gare de Saint-Féliu-d’Amont est fermée et que le train ne s’y arrête pas. Ces scolaires et voyageurs doivent donc effectuer 1,6 km à pied jusqu’à Saint-Féliu-d’Avall pour prendre le train, si les parents d’élèves ne les accompagnent pas jusqu’à la gare de Saint-Féliu-d’Avall. A 9h, chacun l’admettra, c’est plutôt compliqué pour ceux qui travaillent.

 

Premier constat : les scolaires n’ont donc d’autres choix que de longer la voie ferrée.

 

Deuxième constat : les transports en bus scolaires ont des points d’arrêt précis dans les villages et jamais un élève ne doit en théorie effectuer plus d’un kilomètre à pied pour s’y rendre, il y a même des taxis payés par la Région pour ceux qui sont très éloignés dans les mas, sans point d’arrêt à proximité. A Saint-Féliu-d’Amont, les élèves sont lâchés dans la nature pour prendre le train de 9h, le long d’une voie non sécurisée sur 1,6 km…
Un habitant de Saint-Féliu-d’Amont nous a adressé le courriel suivant : « C’est très bien d’encourager la complémentarité Bus/ Train, et chacun ne peut que s’en féliciter et l’encourager, mais supprimer une ligne de bus sécurisée que pourrait prendre une trentaine d’élèves à cet horaire là de 9h du matin, au profit du train à 1 euro (pour le remplir) en laissant les usagers et scolaires faire 1,6 km à pied, par tous les temps ?… Certes, nous ne somme pas dans le Finistère ou le Doubs, mais quelquefois en Pays Catalan il pleut aussi, il fait froid, avec une tramontane glaciale en hiver, et cela pose un problème, non ?…  Ce n’est pas une accusation que je porte là, simplement une inquiétude dans un département où, localement, et je ne fais là une fois de plus aucun amalgame, tout le monde est encore sous le traumatisme du terrible accident de Millas** (…) ».

 

 

Ce drame d’avant-hier mardi – quelles que soient les circonstances, son origine, sa cause – interpelle. En tout cas, il doit interpeller tous les acteurs en charge à quelque niveau que ce soit de la sécurité de nos enfants : en l’occurrence Région, Département, Académie de Montpellier et services de l’Etat. La question est : « Comment expliquer que des scolaires, par exemple, doivent parcourir près de deux kilomètres à pied sur un itinéraire non sécurisé pour se rendre à l’école obligatoire ? »

 

L.M.

 

*Mardi 15 septembre 2020 au matin, un adolescent de 15 ans a été fauché par un train, à Saint-Féliu-d’Amont. L’accident s’est produit à environ un kilomètre après la gare de Saint-Féliu-d’Amont, alors que le TER circulait en direction de Millas.

 

**L’accident de Millas est une collision survenue le 14 décembre 2017, sur un passage à niveau de la commune de Millas, entre un autocar transportant des collégiens et un train (TER) de voyageurs qui assure la liaison entre les gares de Villefranche-de-Conflent et Perpignan. L’autocar a été littéralement coupé en deux faisant six morts parmi les scolaires ainsi que de très nombreux blessés. L’enquête est toujours en cours pour déterminer les causes exactes de ce terrible accident et les responsabilités.