Romain Grau, député LaREM (La République En Marche) de la 1re circonscription des P-O, précise les conditions dans lesquelles il s’est retrouvé à table avec l’ancien président du tribunal de commerce des P-O, Alain Cavalière, et ce afin de couper court à toute interprétation politique ou politicienne…

« Il ne s’agissait pas d’un déjeuner en tête à tête avec Alain Cavalière, comme cela a pu être retranscrit. Je suis allé au Domaine de Rombeau pour rencontrer un chef d’entreprise de Catalogne, à son invitation, Augusti Anglada, patron de DRIM, une société spécialisée en paysagisme, lequel est très intéressé pour créer une filiale en France, plus précisément dans les P-O, avec à la clef la création d’une trentaine d’emplois. M. Anglada a choisi la commune de Toulouges pour cette implantation, commune qui se situe dans ma circonscription. Ce chef d’entreprise a tenu à me présenter son projet, et pour cela il avait pris l’initiative lui-même de convier à sa table d’autres personnes, dont Alain Cavalière. Voilà les conditions exactes dans lesquelles je me suis rendu au Domaine de Rombeau, à la table de ce chef d’entreprise porteur d’un projet important s’agissant notamment de la création d’emplois. C’est aussi simple que cela. C’est le devoir de tout élu, quel qu’il soit, de rencontrer des investisseurs, de promouvoir l’attractivité de notre territoire. Toute autre interprétation de ma présence à ce déjeuner relève d’une tentative de polémique stérile, inutile et superfétatoire ».