Alors que sera installé ce jeudi 8 octobre, en fin d’après-midi, le nouveau conseil d’administration de l’Office Public de l’Habitat (OPH) communautaire Perpignan-Méditerranée, un article du journal Le Figaro vient nous éclairer sur une décision de justice intéressante : « Le Conseil d’Etat a confirmé que l’office public de l’habitat de Rennes (Bretagne) ne pouvait pas envoyer un  courrier à ses locataires pour critiquer la baisse des APL (…) ».

Dans un tout autre domaine, et sans préjuger d’une quelconque ressemblance ou du moindre rapprochement avec les faits rennais publiés par le quotidien Le Figaro, rappelons ici que localement une action en justice est en cours, émise par le maire de Perpignan, Louis Aliot, contre son prédécesseur, Jean-Marc Pujol, alors président de l’OPH Perpignan-Méditerranée, et le directeur de cet organisme, Michel Sitja. La date du procès a été fixée au 24 février 2021. On se souvient que : fin juin, à quelques jours de sa victoire au second tour des élections municipales à Perpignan, Louis Aliot avait fait remettre, par le biais de son Conseil, à Michel Sitja ainsi qu’à Jean-Marc Pujol, des citations à comparaître, afin qu’ils répondent de la diffusion « de fausses nouvelles, bruits calomnieux au autres manoeuvres frauduleuses ».

 

https://immobilier.lefigaro.fr/article/utiliser-un-fichier-de-locataires-hlm-a-des-fins-politiques-est-illegal_3367925a-07ed-11eb-aed4-38036455b560/