(Communiqué)
-« La mobilisation pour la libération du père de Omer Ali continue ! Placé en centre de rétention à Cornebarrieu depuis le 23 mars et faisant l’objet d’une Obligation de Quitter le Territoire Français, il est en attente d’expulsion vers la Turquie. Arrivé en France en 2016, son fils Omer Ali est scolarisé à l’école Michoun en classe préparatoire. Comme le rappelle le préambule de la Convention internationale des droits de l’enfant, Omer Ali a le droit à une famille, d’être entouré et aimé.
D’origine kurde, il ne peut retourner en Turquie avec la certitude d’y être en sécurité et de pouvoir y affirmer son appartenance à la culture et au peuple kurde. La politique actuelle menée par le président turc Recp Tayyip Erdogan renoue avec la censure et la répression des populations kurdes. Politique incarnée par exemple par la jeune musicienne kurde Nûdem Durak qui purge une peine de dix-neuf ans dans une prison turque pour avoir chanté les espoirs de son peuple.
Un courrier d’interpellation pour la régularisation du père d’Omer Ali a été envoyé au Préfet de la Haute-Garonne pour permettre à cette famille de vivre dignement sur notre territoire en considérant la situation politique et humanitaire qui a notre sens empêche la reconduite à la frontière turque du père du jeune Omer Ali.
Les élus communistes du Conseil départemental et du Conseil Régional répondront présents à la mobilisation autour de la famille d’Omer Ali portée notamment par la la Ligue des droits de l’Homme de Toulouse, FSU SNUipp 31 et Réseau Education Sans Frontières 31 et les parents élus de l’école Michoun. Rendez-vous mercredi 18 mai à 7H 45 devant l’école Michoun à l’appel de la communauté éducative et à 17H 30 devant la préfecture de Haute-Garonne ! ».

 

 

Pierre Lacaze, président du Groupe CRC ; Inès Goffre Pedrosa, conseillère départementale

 

 

*Groupe CRC = élus Communistes, Républicains & Citoyens de la Région Occitanie.