Ce vendredi 29 juillet, près d’une centaine de personnes ont bloqué la route départementale menant de Prades à l’Abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa afin de retarder le concert d’ouverture du festival de musique de chambre Pablo Casals, événement inaugural où se pressent chaque année de façon quasi-rituelle représentants de l’Etat, élus de tous horizons et autres notables du pays

 

Pour les manifestants, il s’agissait de « dénoncer l’artificialisation des terres agricoles dans le département des Pyrénées-Orientales et au-delà, puis de faire savoir à celles et ceux qui prétendent décider à la place des habitants que nous ne les laisserons pas mener en toute tranquillité leur entreprise de bétonisation du territoire ».

Malgré les tentatives d’intimidation d’une force gendarmesque grossissant au fil des minutes, les femmes, hommes et enfants qui ont participé à ce blocage ont jusqu’au bout conservé leur bonne humeur et leur détermination.

 

 

Ci-dessous le communiqué public rédigé pour l’occasion :

Communiqué de presse action « Pablo Casals » 29 juillet 2022 près de l’Abbaye Saint-Michel-de-Cuxa Stop au béton, la terre brûle

 

« Un jour, les musiciens ne joueront que sur un tas de cendres. Face à l’ampleur des dégâts causés par la bétonisation des terres agricoles et la destruction des espaces naturels, pour répondre encore et encore aux injonctions d’une croissance sans limites, des habitant.es des Pyrénées-Orientales ont décidé de retarder pour quelques instants le concert d’ouverture du festival national de musique de chambre Pablo Casals.
Objectif : exiger des élus, fonctionnaires, politiques et aménageurs du département venus (ou pas) assister à cette première de stopper tous les projets inutiles et imposés qui poursuivent une idéologie de développement à tout prix : routes, ponts, port, entrepôts logistiques, centres commerciaux, lotissements… Ils se multiplient frénétiquement, en ne prenant en compte ni la réalité climatique, ni l’état des ressources naturelles, ni notre souveraineté alimentaire, ni même les aspirations des habitants. Nous sommes navré.es d’avoir perturbé cet évènement culturel de haute volée, si important pour les Catalans. Toutefois, nos excuses n’iront que vers le public de simples citoyens, les musiciens et les organisateurs.
En effet, les responsables restent celles et ceux qui acceptent, voire encouragent, l’artificialisation des terres, alors même que la Loi Climat votée en 2021 l’interdit. Ces responsables sont maires, conseillers municipaux, conseillers départementaux, conseillers régionaux, préfets, anciens ministres, promoteurs immobiliers, chefs du BTP, architectes, urbanistes et aménageurs de tous poils… Tous ne le sont pas. Mais ceux qui le sont se reconnaitront en ces lignes.

L’avenir des terres vaut bien quelques minutes volées à Dvorak et Tchaïkovski ».