La messe du jeudi de l’Ascension a été dite par le curé, l’abbé Martin Gabet, sur le site de Paulilles pour les anciens ouvriers et ouvrières, vivants ou décédés, pour ceux qui sont morts au cours des explosions.

 

Une pensée toute particulière pour les ouvriers Anamites, venus durant la première guerre mondiale, prêter main forte à la nation, morts pour la France au cours d’explosions en 1917, dont les corps se trouvent dans une fosse commune au cimetière de Cosprons (commune de Port-Vendres). Une pensée pour M. Roques de Banyuls-sur-Mer, père d’une famille nombreuse, mort au cours de la dernière explosion en 1958 en poussant un wagonnet pour sauver ses amis.
Cette année, la messe n’a pas eu l’affluence des années précédentes, le site commençait à rouvrir au public et les rassemblements religieux sont encore interdits. La joie de se retrouver, anciens de la dynamiterie avec les paroissiens de la Côte , n’était pas au rendez-vous. Pas d’apéritif ni de repas offerts par le Département, pas d’échanges de souvenirs dans ce site magnifique protégé. Aline, petite fille d’ouvrière était là pour accueillir le prêtre pour prendre les photos et les envoyer aux anciens pour qu’ils sachent qu’ils ne sont pas oubliés dans cette période de confinement sanitaire.

Sainte Barbe était là, non pas la grande statue que les ouvrières avaient fait réaliser, mais un simple cadre déposé sur une table transformée en autel. Dans le sacrifice eucharistique, sans public, sans faste liturgique, tous étaient présents, toutes les intentions particulières sont montées vers Dieu à travers les prières et les mains du prêtre en cette journée où l’Eglise célèbre quarante jours après Pâques, la montée au Ciel du Christ.

 

 

En célébrant dans ce lieu de mémoire ouvrière, l’Eglise redit sa proximité pour ceux qui travaillent, pour ceux qui luttent pour de meilleures conditions de travail, pour tous ceux qui sont en recherche d’emploi, pour tous ceux qui craignent pour leur avenir professionnel en ce temps de choc social.
L’abbé Martin Gabet a tenu à rajouter « La communauté chrétienne et tous ensemble, nous devons développer les anti corps de la solidarité, porter ainsi le témoignage de la compassion, de la présence du Christ auprès de ceux qui souffrent et sont désorientés. En ce lieu où la Nature est protégée, en cet espace de biodiversité remarquable, à la suite du pape François, prenons conscience de notre responsabilité pour la sauvegarde de la Planète, notre Maison commune, et prenons soin de tous nos frères ! ».