«La princesse se percera la main d’un fuseau ; mais, au lieu d’en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera cent ans.»

 

Qui ne connaît pas l’histoire de Charles Perrault (histoires ou contes du temps passé, de 1697) ? Entre rêve et réalité la magie opère, les fées et les marraines, forces du bien et du mal, se disputent le sort de deux jeunes gens. Le conte merveilleux sort en 1890 de ses vieux grimoires pour envahir la scène du Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg de la plus belle manière qui soit grâce aux talents conjugués du chorégraphe Marius Petipa et du compositeur Tchaïkovski. « Le ballet des ballets » disait Noureev dont la création à Bastille « atteint des sommets de perfection et de splendeur. C’est en 1989 que Rudolf Noureev remonte l’œuvre pour le Ballet de l’Opéra d’après la chorégraphie originale. « La Belle au Bois dormant » demeure un des joyaux du patrimoine de la danse. Virtuosité, somptuosité des décors et costumes imaginés par Ezio Frigerio et Franca Squarciapino recréent la splendeur de l’un des plus brillants chefs-d’œuvre du répertoire.
Reprenant le découpage et la structure de la pièce, transmis par des générations de danseurs, il conçoit une chorégraphie éblouissante de virtuosité académique, entre fastueux ensembles et pas de deux. La somptuosité des décors et costumes recréent la splendeur de l’un des plus achevés et brillants chefs-d’œuvre du répertoire classique.

 

Projection sur grand écran proposée par les Amis du Vauban samedi 23 février à 20h30 au Ciné-Théâtre Vauban. Tarif plein, 12 euros, tarif réduit 10€.