Christine Gavalda Moulenat se présentera-t-elle à nouveau en binôme avec le maire de Canohès et ancien conseiller départemental socialiste, Jean-Louis Chambon, en cas d’annulation par le ministère public (décision attendue d’ici deux semaines) de l’élection cantonale de juin 2020 sur le canton 10 des Pyrénées-Orientales, composé du corps électoral de la commune de Canohès et de l’ex canton V de Perpignan ?…

 

La question divise dans le camp de la jeune présidente de la fédération départementale du parti Les Républicains des P-O (LR’66), où des voix commencent à s’élever, et non des moindres, pour l’en dissuader.

Quel est le problème ?

Jean-Louis Chambon, qui a fait ses premières armes en politique au Parti Socialiste, a déjà annoncé que pour l’élection présidentielle 2022 il parrainera le Président de la République Française sortant, Emmanuel Macron.

A partir de là, la présidente des LR’66 peut-elle être candidate avec un élu qui soutient Emmanuel Macron, alors que les instances nationales du parti LR soutiennent à la Présidentielle la candidature de Valérie Pécresse, par ailleurs présidente de la Région Île-de-France (Paris) ?

Pour certains élus membres de LR’66, la réponse est claire : « C’est niet ! Vous voyez un peu la confusion dans l’opinion publique, dans les médias ?… D’un côté, au plan national, on va aller dire aux électeurs qu’il faut voter Pécresse contre Macron à l’élection présidentielle et ici, à notre niveau local, sauce catalane, pour une élection départementale, on va faire campagne pour un tandem « Macron – Pécresse » ?… Mais on va se faire fusiller ! Déjà que nos adversaires politiques ne cessent de dire que Macron ou Pécresse c’est blanc-bonnet et bonnet-blanc… Ce serait suicidaire ! ».

D’autres voix, au sein des LR’66, suggèrent « Qu’au moins Christine Gavalda Moulenat, qui nous a habitués à des combats politiques courageux, abandonnent la présidence de LR’66 ».

Tant que l’annulation de l’élection n’est pas effective – Bien que cela ne fasse aucun doute car dans 99% des cas le ministère public suit toujours les conclusions du magistrat rapporteur, ce dernier rappelons-le a préconisé justement cette invalidation – le temps de la réflexion domine.

Quoi qu’il en soit, quoi qu’il en coûte, et en même temps, selon la décision de la principale concernée dans cette affaire, Christine Gavalda Moulenat… le secrétaire départemental de LR’66, Stéphane Loda, par ailleurs maire de Canet-en-Roussillon et conseiller régional, ne pourra pas faire l’économie d’une explication de texte.

A suivre.

 

L.M.